Clear Horizon

S/t

(Kranky / Chronowax)

 date de sortie

17/11/2003

 genre

Rock

 style

Space Rock

 appréciation

 écouter

4 MP3 (extraits)

 tags

Clear Horizon / Flying Saucer Attack / Jessica Bailiff / Kranky / Space Rock

 liens

Jessica Bailiff
Kranky

 autres disques récents
Lorenzo Balloni
創生の最果て
(Murmur Records)
RX-101
Like Yesterday
(Suction Records)
Sevenism
Saline Celestial
(Naviar Records)
Nonturn
Territory
(Audiobulb)

Entièrement composé et enregistré par mails transatlantiques, ce premier album de Clear Horizon (duo formé par Jessica Bailiff et Dave Pearce de Flying Saucer Attack) marque à la fois un nouveau départ dans la carrière du musicien anglais et une tonalité supplémentaire à la palette de l’Américaine.

Si le morceau d’ouverture (Watching the Sea) pourrait s’insérer sans peine dans un des disques « personnels » de la chanteuse de l’Ohio, le reste de l’album n’est, heureusement pas, qu’une simple adjonction des talents des deux artistes. En effet, une écoute rapide n’y entendra qu’un nouveau disque de Jessica Bailiff avec quelques nappes de guitares en plus ou une voix masculine qui vient faire les chœurs de temps à autre ; cependant, une écoute plus attentive est nécessaire pour y distinguer tout ce qui fait la différence avec cette fausse image que l’on s’était faite. On s’apercevra alors que l’Américaine, faisant traîner sa voix plus que de coutume, s’accorde avec l’atmosphère générale du disque et se calque ainsi sur les textures de guitares produites par le bristolien qui lui, de son côté, réfrène ses velléités rythmiques pour mieux s’associer au timbre de Jessica Bailiff (sauf dans le très beau Open Road, dernier morceau du disque).
Parallèlement, on se retrouve surpris par le duo : par exemple, alors qu’on suppose que For Days devrait se terminer au bout de quatre minutes trente quand chant et guitare acoustique se taisent, il reste en réalité trois minutes où les réminiscences des accords de la première partie du morceau croisent petits larsens et profondes nappes. De même, alors qu’on imaginait retrouver la voix de Jessica Bailiff au premier plan sur tous les titres, Dave Pearce prend parfois les devants jusqu’à assumer seul la partie vocale. Après huit morceaux très calmes, parfait exemples de space-rock ambient, Open Road et sa boîte à rythmes soutenue clôturent donc le disque ; la voix de l’Américaine, réverbérée au maximum et mise, dans le même temps, en écho pour créer un contre-chant, s’y fait plus enjôleuse que jamais, gracieusement soutenue par un piano aussi suave que délectable.

Si l’ensemble, à l’exception de ce dernier titre, semble parfois manquer un peu de spontanéité, voire de renouvellement d’un morceau à l’autre, on ne peut que saluer la naissance d’un tel duo, qui ne devrait, d’ailleurs, pas en rester là, un second album étant déjà en préparation pour lequel, cette fois-ci, les musiciens ont prévu de se retrouver, à Bristol, dans les studios de Dave Pearce.

François Bousquet
le 02/02/2004

À lire également

Stars of the Lid
The Tired Sounds of...
(Kranky)
Loscil
Submers
(Kranky)
Benoit Pioulard
The Benoit Pioulard Listening Matter
(Kranky)
Belong
Common Era
(Kranky)