Datach’i

Mmale & Ffemale

(Planet Mu / La Baleine)

 date de sortie

10/03/2004

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 écouter

7 MP3 (extraits)

 tags

Datach’i / Electronica / Planet Mu

 liens

Planet Mu

 autres disques récents
Western Edges
Prowess
(Sound in Silence)
Mis+Ress
Dispellers
(Sound in Silence)
Ex Confusion
I Remember When
(n5MD)
Deaf Center
Low Distance
(Sonic Pieces)

On a déjà parlé ici de Datach’I, mais ça commence à dater puisque c’était lors d’une soirée du label Caipirinha au Batofar, il y a 4 ans maintenant, où il jouait aux côtés de Atau Tanaka et Unit. C’est en effet sur le label new-yorkais qu’il sévissait à l’époque, sortant même deux albums chez eux avant de rejoindre Planet Mu, le label de Mike Paradinas.

Il est vrai que suite à son concert au Bato, nous n’avions pas cherché plus loin, un peu abasourdi par ses rythmiques déjantées et agressives, alors que nous étions principalement venu pour voir Unit. Aujourd’hui on constate que l’américain a bien évolué, et il nous propose ici un album particulièrement intéressant à plus d’un point. Si l’on retrouve de façon régulière ses rythmiques agressive, Joseph Fraioli se lance ici dans une aventure plus risquée, et donc plus intéressante. Drill’n bass agressive aux sonorités saturées et stridentes sur le plan rythmique, sur laquelle il plaque choeurs envoûtants, religieux parfois, et sonorités acoustiques comme des cloches tubulaires formant des nappes sur l’interlude ambient Sunday Morning ou encore sur I’m Not Afraid To Watch You Die, véritable musique pour ballet contemporain.

On est tenté de comparer la musique de Datach’I à Venetian Snares après un stage à l’IRCAM. Datach’I reprend en effet ce type de rythmique mais il s’amuse à les maltraiter, les pousser dans des aigus stridents, les saturer bien sûr, mais aussi à les déconstruire, se renouvelant sans cesse, et créant quelques breaks forts réussis (Plainphhield). L’américain semble prendre un réel plaisir avec ces nouvelles expérimentations, et les laisse s’exprimer sur quelques interludes complètement dépourvus de rythmiques, ou sur Evolving As One, pièce purement abstraite basée sur des collages de bruits électroniques variés, de coupures nettes et d’éléments acoustiques.
Et quand il décide de se calmer, de devenir moins agressif, Datach’I révèle une sensibilité nouvelle et subtile. Ses mélodies sont apaisantes (Dollars For Bones), et l’utilisation de choeurs masculins sur Intercoursing permet d’échapper à la monotonie des voix féminines qui sont ici majoritaires. Choeurs grave donc, auxquels se mêlent des nappes sombres, tandis que la rythmique moins agressive ressemble plus à des crépitements syncopés.

On redécouvre donc Datach’I avec ce troisième album, et c’est un véritable plaisir. Si vous êtes du genre à vous dire que l’IRCAM n’est pas assez "rock’n roll", essayez cet album de Datach’I.

Fabrice ALLARD
le 23/05/2004

À lire également

iTAL tEK
Nebula Dance
(Planet Mu)
Jega
Geometry
(Planet Mu)
Venetian Snares
The Chocolate Wheelchair Album
(Planet Mu)
Venetian Snares
Filth
(Planet Mu)