Pillow

S/t

(Carte Postale Records / Import)

 date de sortie

21/01/2005

 genre

Rock

 style

Post-Rock

 appréciation

 écouter

3 MP3 (extraits)

 tags

Carte Postale Records / Pillow / Post-Rock

 liens

Pillow
Carte Postale Records

 autres disques récents
Zachary Paul
A Meditation On Discord
(Touch)
Western Edges
Prowess
(Sound in Silence)
Mis+Ress
Dispellers
(Sound in Silence)
Ex Confusion
I Remember When
(n5MD)

Après la fine electronica de Pi8 et Nim, le label belge Carte Postale nous convie à explorer une facette plus post-rock et pop de son sérail avec le premier album de ce jeune groupe originaire de Tournai et du nord de la France.

Sur une rythmique efficace et bien posée, mais à laquelle on pourra reprocher un brin de systématisme, une guitare précise et claire emballe toutes les compositions, oeuvre de Guillaume Vilain, cheville ouvrière du quintet. Se situant dans un registre post-rock doux et soigné, sans les excès d’emballement propres au genre, celles-ci prennent la forme de chansons instrumentales souvent empreintes d’une mélodie mélancolique (Birth Dead rehaussé par un discret apport de claviers et le bien nommé Little Slow tout entier construit autour d’eux) et dont l’immédiateté n’est pas sans évoquer par certains côtés Interpol, pour s’en tenir à une référence récente.
Allant d’emblée dans le vif du sujet sans s’attarder sur la confection d’ambiances tarabiscotées, ne lassant jamais grâce à des morceaux brefs et souvent intenses (Enjoy, Allah Deus où l’on doit peut-être voir un hommage aux parrains du rock belge qui sont certainement au rang des influences du groupe), les compositions de Pillow se révèlent très accessibles et d’un format presque pop, dénuées donc d’une certaine prétention un peu boursouflée dont leurs aînés se repaissent parfois, y compris au sein même de leur label.
La tonalité est généralement plaisante et entraînante (Venezia ou le très efficace Discotek qui a des allures de hit single en puissance) avec un aspect cinématographique laissant entrevoir des fenêtres oniriques que l’on aimerait voir le groupe explorer plus avant à l’avenir (Higher, pétillant morceau d’ouverture dont le seul défaut est de s’interrompre trop brutalement, ou le déjà cité Little Slow qui tranche avec le trépidant Discotek qui le précède). Le morceau de clôture Star Guitar - qui crée un inattendu point commun entre Pillow et les Chemical Brothers - témoigne, du moins dans sa seconde partie, de ce que sera peut-être l’orientation future de ce jeune groupe, qui ne manquera sans doute pas de faire preuve à l’avenir d’une plus grande ambition dans l’écriture.

Malgré un son un peu trop uniforme, ce premier essai sans prétention s’avère sympathique et prometteur même s’il ne convainc pas tout à fait. Il nous semble cependant que la musique de Pillow est vouée à prendre sa pleine dimension en live, ce que nous devons encore constater, ayant malheureusement dû rater leur concert liégeois du 10 février dernier.

Gilles Genicot
le 28/02/2005

À lire également

Arturo en el Barco
Music For Students And Their Friends
(Carte Postale Records)
Sweek
The Unbelievable Cinematic Crash
(Carte Postale Records)
V/A
Carte Postale présente... CAP
(Carte Postale Records)
Christophe Bailleau & Won
Free Bees Full of Light
(Eglantine Records, Carte Postale Records)