Solvent

Elevators & Oscillators

(Ghostly International / Import)

 date de sortie

04/04/2005

 genre

Electronique

 style

Pop

 appréciation

 écouter

7 MP3 (dont 1 complet)

 tags

Ghostly International / Isan / Lowfish / Pop / Robin Saville / Schneider TM / Solvent

 liens

Isan
Schneider TM
Solvent
Lowfish
Ghostly International
Robin Saville

 autres disques récents
Amp
Entangled Time
(Sound in Silence)
Joel Tammik
Imaginary Rivers
(TXT Recordings)
Ambidextrous
Echoes Of Science
(Fantasy Enhancing)
The Gentleman Losers
Make We Here Our Camp Of Winter
(Sound in Silence)

Six mois après Apples & Synthesizers, on retrouve Solvent, toujours sur Ghostly International, label sur lequel il semble désormais installé, pour un album regroupant titres issus de 12"s, de compilations, remixes et inédits.

Les amateurs de Solvent avaient déjà pu constater un net décrochage qualitatif avec Apples & Synthesizers mais ici, on touche le fond : quasiment pas un morceau sans cette immonde voix passée au vocoder ni sans ces mélodies filtrées dont même Daft Punk ne veut plus. Dès Wish, premier titre boursouflé au chant saumâtre et à la mélodie vite insupportable, le ton est donné. Les remixes s’enchaînent ensuite sans que l’on arrive à véritablement déterminer l’apport de chaque artiste, si ce n’est une boîte à rythme technoïde ici ou une sonorité robotique là. Que ce soient The Mitgang Audio, Lowfish, Legowelt ou Alter Ego, personne n’arrive à transformer le crapaud en colombe, les morceaux initiaux étant tellement désagréables.
Même le remix d’Isan fait peine à entendre et pourtant ses trente premières secondes sont convaincantes : petits cliquetis semblables à des gazouillis d’oiseaux, ambiance bucolique familière des Anglais mais l’immonde voix arrive et ne quittera plus le morceau jusqu’à la fin. Au moins, on se console en se disant qu’une version instrumentale aurait été potable. Quant à Schneider TM, bloqué sur sa data-pop depuis le succès de son remix de There’s a Light That Never Goes Out, il ne fait rien d’autre que ce qu’il nous assène depuis cinq ans : guitare acoustique digitalisée, voix en direct, rythmique en arrière-plan, facilités dans l’instrumentation et l’écriture.
En ce qui concerne les morceaux originaux, on est toutefois heureux de constater que, hormis dans le rebutant Wish déjà mentionné, Solvent a opté pour le tout instrumental. Dès lors, on y retrouve sa « véritable patte » pour des morceaux plutôt plaisants (surtout Devices and Strategies), entraînants comme il faut et témoignant d’un savoir-faire globalement intact. Au reste, quand on apprend que ce sont ces morceaux qu’il a composés en dernier, on se dit qu’on écoutera quand même son prochain disque, tout n’étant pas perdu.

Mais pour ce qui est de Elevators & Oscillators, que l’auditeur passe son chemin et se mette plutôt, comme on le signalait déjà il y a six mois, en recherche des deux premiers albums de Jason Amm sur Suction, petits bijoux d’electronica poppy.

François Bousquet
le 05/04/2005

À lire également

Margo
The Catnap Remixed
(Peter I’m Flying !)
21/02/1999
Batofar cherche Berlin :
(Batofar)
28/06/2008
Siestes Electroniques
(Prairie des Filtres)
Isan
Meet Next Life
(Morr Music)