Andrey Kiritchenko

True Delusion

(Spekk, Nexsound / Import)

 date de sortie

29/04/2005

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 écouter

2 MP3 (complets)

 tags

Ambient / Andrey Kiritchenko / Nexsound / Spekk

 liens

Andrey Kiritchenko
Spekk
Nexsound

 autres disques récents
Glass Locus
Escapism
(Audiobulb)
The Eye Of Time
Myth II : A Need To Survive
(Denovali Records)
Steve Hauschildt
Dissolvi
(Ghostly International)

Andrey Kiritchenko est le fondateur du label ukrainien Nexsound et tête de pont de la scène électronique expérimentale de l’Europe de l’est. Il s’agit là de son quatrième album si l’on ne compte pas les multiples sorties en CDR et autres albums MP3. On ne connaissait pas son travail avant ce disque, et c’est une vraie découverte qui se voit éditée conjointement par Nexsound et le non moins exigeant label japonais Spekk.

L’album se divise en deux parties, reprenant plus ou moins le même principe, mais avec une instrumentation différente. C’est la guitare qui est à l’honneur sur les quatre premiers morceaux, utilisée de manière à créer des ambiances contemplatives. Le principe est pourtant assez simple : des mélodies lentes qui tiennent en quatre ou cinq notes, tournent en boucle et se relaient. Les machines s’approprient ce matériau de base et créent des nappes saccadées. Le tout va et vient lentement, mélodies et nappes prennent tour à tour le dessus, pendant qu’au second plan divers bruitages et field recordings (chants d’insectes, un enfant qui joue) apportent une vie micro-organique. C’est simple, superbe, apaisé, même si parfois, en fin de morceau, le chaos semble prendre le dessus avec des traitements un peu plus bruitistes, des guitares mal accordées ou grattées de manière incohérente.

Sur la deuxième moitié de l’album, c’est le piano qui est le centre de préoccupation de l’artiste. On retrouve un peu le même principe de composition sur Illusion of Safety, mais les bruitages et field recordings ne sont plus systématiques. L’Ukrainien joue plus encore sur le pouvoir hypnotique et contemplatif d’une mélodie simple jouée en boucle et transposée de quelques tons. Il travaille sur les harmoniques, utilise des portions de notes pour créer des nappes limpides, ou s’essaye au minimalisme sur le dernier morceau, Agravic Illusion, superposant pendant 9 minutes un drone et une note de piano revenant à intervalles réguliers, et se dédoublant petit à petit.

Un superbe album d’ambient électro-acoustique, expérimentale mais tout à fait accessible et plus généralement deux labels, Nexsound et Spekk à suivre de près.

Fabrice ALLARD
le 12/06/2005

À lire également

Perlonex / Keith Rowe / Charlemagne Palestine
Tensions
(Nexsound)
16/06/2005
Les Mystères de l’Est (...)
(Point Ephémère)
Andrey Kiritchenko
Chrysalis
(Nexsound)
Opitope
Physis
(Spekk)