Portal

Waves & Echoes

(Make Mine Music / Import)

 date de sortie

27/06/2005

 genre

Rock

 style

Ambient / Pop

 appréciation

 écouter

4 MP3 (extraits)

 tags

Ambient / Make Mine Music / Pop / Portal

 liens

Portal
Make Mine Music

 autres disques récents
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)
Tomoyoshi Date + Stijn Hüwels
Hochu-Ekki-Tou
(Home Normal)
Proem
Until Here For Years
(n5MD)
Maps And Diagrams
Azurescens
(Handstitched* Recordings)

Cinquième véritable album de Portal, Waves & Echoes pourrait bien être le dernier : en effet, estimant être arrivé au résultat vers lequel il tendait depuis six ans, le duo anglais semble décidé à abandonner ce projet pour se tourner vers autre chose. Dès lors, c’est d’une oreille particulièrement attentive que l’on pénètre dans ce disque.

D’emblée, on est surpris par la récurrente intervention d’une pulsation ; alors qu’auparavant, les titres où l’on trouvait une telle rythmique étaient largement minoritaires (un ou deux par disque), c’est, à présent, la totalité des morceaux qui se voient revêtus d’un beat tantôt métronomique, tantôt évolutif, parfois spécialement marquée, parfois très discrète, aux consonances 80’s ou aux influences electronica. Alors qu’on pourrait légitimement craindre une dénaturation de la musique des Anglais, noyée sous ce désir de mettre la pulsation en avant, les “fondamentaux” de la musique de Portal sont toujours bien présents : nappes de guitares caressantes, aériens arpèges de six-cordes et voix éthérée de Rachel Hughes. De la même manière, mélancolie et caractère émouvant demeurent les principaux attributs des compositions des Britanniques.
Par conséquent, c’est à une union entre cette pop évanescente et ces rythmiques que nous sommes conviés dans Waves & Echoes et il faut bien avouer que cette alliance est pleinement réussie, chaque élément venant gratifier l’autre de sa chaleur intrinsèque ou de sa dimension synthétique. Ainsi, les éléments électroniques apportent une certaine rugosité et une forme de relief supplémentaire aux nappes distillées par Scott Sinfield pendant que la voix de Rachel Hughes permet à l’ensemble de conserver une indéniable âme. Par moments, celle-ci se met même au diapason de la rythmique proposée : ainsi, dans Sometimes, alors qu’un beat connoté 80’s est utilisé, la voix de l’Anglaise est filtrée (mais heureusement pas via ces pénibles vocoders que l’on croise partout actuellement) et les guitares de son compagnon se saturent pour un final quasi-shoegazing. De la même manière, dans le sublime Bloodline, tous les éléments musicaux se dirigent vers une space-pop enjouée dans laquelle le timbre de Rachel Hughes se fait plus lumineux.

Si l’on est, au sortir de ce dernier album de Portal (où, pour ceux qui avaient raté le CD-R Music for Broadcast, la deuxième partie de cet album est placé en “plage cachée”), forcément un peu triste, le duo anglais nous laisse avec une discographie riche et passionnante. Au sein de celle-ci, clôturant une aventure de six années, Waves & Echoes s’avère, en définitive, tout aussi indispensable (sans compter le fabuleux album de remixes) que Reprise ou Promise (respectivement le premier et troisième albums de Portal), formant d’ailleurs une trilogie à l’évolution intelligemment gérée : Reprise se plaçant uniquement dans une esthétique post-4AD, Waves & Echoes intégrant systématiquement des rythmiques et Promise balançant entre ces deux voies.

François Bousquet
le 12/08/2005

À lire également

Manual
Drowned In Light
(Make Mine Music)
Epic45
Weathering
(Make Mine Music)
Portal
Tristesse
(Alice in Wonder)
Library Tapes
A Summer Beneath the Trees
(Make Mine Music)