A.N.A.L.E.P.T.

Flaw

(Carte Postale Records / Import)

 date de sortie

15/05/2005

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 écouter

4 MP3 (extraits)

 tags

A.N.A.L.E.P.T. / Carte Postale Records / Electronica

 liens

Carte Postale Records

 autres disques récents
Lali Puna
Being Water (EP)
(Morr Music)
Kin Leonn
Commune
(Kitchen.)
V/A
Cottage Industries 8
(Neo Ouija)
Snow Palms
Everything Ascending / Circling (EP)
(Village Green)

Année faste pour Carte Postale, que nous continuons à suivre avec vif intérêt, malgré le retard mis à rendre compte de leurs dernières sorties. L’an dernier a ainsi vu bourgeonner trois jeunes pousses electronica proposant chacune une lecture personnelle et inspirée d’un style laissant libre cours à toutes les inspirations. Flaw est le premier long format d’A.N.A.L.E.P.T., projet electronica du Tournaisien Guillaume Bacart qui apparaissait déjà sur la compilation CAP et a également eu l’occasion de faire ses armes en live à plusieurs reprises.

Confessant une dévotion particulière pour le remarquable Chiastic Slide d’Autechre, le jeune musicien emprunte au glorieux duo anglais, outre une partie de son inspiration, des titres souvent faits de mots inventés mais évocateurs. Il développe au long des onze plages de ce disque une instrumentation diversifiée : cordes sur Intro (Crinkel), glockenspiel sur Diapecr ou lent piano sur Mope. Mais la tonalité est résolument electronica, les sonorités se révélant fines et foisonnantes. Les rythmiques, pas toujours parfaitement abouties, sont généralement décalées et sautillantes, révélant une influence hip-hop (Alaska, construit sur des grésillements un peu trop proprets et une boucle mélodique chaloupée, ou Roomda).

On apprécie davantage lorsque le propos se ralentit pour se faire plus intimiste et contemplatif (Dursel) ou quand l’auteur se risque à densifier son propos en combinant plaisamment grincements, chuintements et collages introspectifs (Erafader ou Dithyrambic Alimosh où les stridulations aiguës dialoguent avec un motif fait de notes claires et répétées). Le meilleur titre de l’album est pour nous So Frightened où l’influence des labels Warp et Skam se fait nettement ressentir : flux et reflux d’un tapis grinçant sur lequel un chapelet tintinnabulant est égrené, tandis que surgit en surplomb, dans la dernière partie, un tapis plus ample et apaisé. Une jolie réussite à laquelle on associera Neck Oir et sa mélodie simple mais belle, Guillaume Bacart semblant sur ces titres s’installer clairement dans le sillage du prestigieux duo évoqué plus haut par la juxtaposition des couches, la variation des tempos et la construction évolutive.

Voici donc un convaincant premier effort révélant un univers foisonnant peut-être encore imparfaitement maîtrisé, mais contenant tous les ingrédients d’un futur prometteur. Dans ses meilleurs moments, Flaw dénote une vraie science de la composition aux machines et de la confection de climats à la fois sobres et potentiellement inquiétants. On rapprochera la démarche du Tournaisien du chemin quelque peu différent emprunté au même moment et avec autant de bonheur par ses collègues liégeois Humbert Utz et Kingfisherg.

Gilles Genicot
le 15/01/2006

À lire également

Nim
Editorial EP
(Carte Postale Records)
Pillow
S/t
(Carte Postale Records)
V/A
Carte Postale présente... CAP
(Carte Postale Records)
10/04/2004
Festival Rhâââ Lovely (...)
(Ecole St Martin)