Chihei Hatakeyama

Minima Moralia

(Kranky / Southern)

 date de sortie

20/02/2006

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 écouter

3 MP3 (extraits)

 tags

Ambient / Chihei Hatakeyama / Kranky

 liens

Chihei Hatakeyama
Kranky

 autres disques récents
Dakota Suite, Dag Rosenqvist & Emanuele Errante
What Matters Most
(Karaoke Kalk)
Max Ananyev
Water Atlas
(Serein)
Barnacles
One Single Sound
(Boring Machines)
Wealth
Primer
(Ventil)

Après une année 2005 marquée par un automne très convaincant avec cinq belles sorties (en plus des albums de Lichens, Christopher Bissonnette et Brian McBride évoqués dans ces pages, signalons les très bons disques de Dawn Smithson et Windy & Carl), Kranky débute l’année 2006 par le premier album du Japonais Chihei Hatakeyama.

Proposant une ambient aux textures oscillantes, le musicien mêle nappes tremblotantes, petites notes de guitare acoustique et éclats cristallins issus d’un vibraphone. Assez classique, cet agrégat se fait toutefois particulièrement captivant par l’intégration réussie de fragments électroniques (craquements, bruissements) ; intervenant de temps à autre, ces éléments permettent à la texture principale d’éviter tout ronronnement tout en forçant l’auditeur à se tenir aux aguets. Densifiant dans certains titres ses nappes, Chihei Hatakeyama insère trémoli et petits larsens ou agit en flux et reflux (Starlight Reflecting on the Surface of the River). Plus encore, sur deux morceaux (Towards a Tranquil Marsh et Inside of the Pocket), il accueille le violon de Masahiro Kobayashi qui opère de loin, en troisième plan, derrière une délicate guitare acoustique et des cliquetis vacillants.

Dès lors, le disque se situe dans un habile entre-deux : ni ambient cotonneuse propre à réchauffer l’auditeur rafraîchi par la température extérieure, ni drone expérimental où les pistes instrumentales sont insérées dans un ordinateur puis reproduites dans un magma sans véritable ligne directrice. Plaisamment évocateur, soyeux et convaincant, Minima Moralia frustrera peut-être l’auditeur familier de ce genre musical qui n’y verra qu’une énième variation sur un thème maintes fois usité mais ravira ceux qui cherchent un disque nocturne et apaisant sachant néanmoins se garder de tout caractère émollient.

François Bousquet
le 21/02/2006

À lire également

Benoit Pioulard
The Benoit Pioulard Listening Matter
(Kranky)
Charalambides
Exile
(Kranky)
Loscil
Plume
(Kranky)
Chihei Hatakeyama
Moon Light Reflecting Over Mountains
(Room40)