The Mile End Ladies String Auxiliary

From Cells of Roughest Air (EP)

(Bangor Records / Import)

 date de sortie

19/09/2005

 genre

Rock

 style

Improvisation / Néo-Classique

 appréciation

 écouter

Low Pressure Phenomena (MP3 complet)

 tags

Bangor Records / Improvisation / Néo-Classique / Saltland / The Mile End Ladies String Auxiliary

 liens

Bangor Records

 autres disques récents
Billow Observatory
II : Plains/Patterns
(Azure Vista Records)
High Plains
Cinderland
(Kranky)
Yann Novak
Idleness, Endlessness
(Dragon’s Eye Recordings)
ujif_notfound
[pre][code]
(Kvitnu)

Insatiables, les trois principales jeunes femmes gravitant autour du label Constellation (Beckie Foon, Genevieve Heistek et Sophie Trudeau) ont décidé, en plus de leurs projets respectifs (Esmerine, Fifths of Seven, Kiss Me Deadly pour ne citer que les plus célèbres) de mettre leurs talents en commun autour de The Mile End Ladies String Auxiliary, première sortie de Bangor Records, label fondé par Sophie Trudeau.

Armées de leurs seuls instruments à cordes (le violoncelle de Beckie, le violon de Gen et l’alto de Sophie), les trois musiciennes proposent une musique qui donne à la fois l’impression d’être très écrite (les interventions sont savamment étudiées, allant du solo au duo, puis au trio) et en même temps de laisser une large part à l’improvisation et à l’inspiration (à ce titre, les quatre titres de ce maxi ont été enregistrés à quatre endroits différents, par quatre personnes différentes - dont Harris Newman et Howard Bilerman -, à quatre périodes différentes, comme pour mieux parer à toute éventuelle pression). Passant allégrement des pizzicati au jeu en archet, les jeunes femmes explorent ainsi un large éventail de possibilités, même si, sur la longueur (notamment le morceau d’ouverture, Sequences Of A Warm Front, et ses douze minutes), cette superposition de cordes peut lasser.

En revanche, sur les trois autres titres (entre deux minutes trente et cinq minutes), le charme opère plus efficacement et particulièrement sur Thunderheads And Radar où le violoncelle se fait tour à tour enveloppant et inquiétant, calme et plus remué. Dans un style différent, Line Squall joue sur les aigus des instruments pour un résultat flirtant avec la ligne de crête du désagréable sans jamais y tomber. Intéressant exercice de style, From Cells of Roughest Air témoigne en outre, une nouvelle fois, de la volonté des trois musiciennes de ne pas se laisser enfermer dans leur rôle de soutien de la scène post-rock montréalaise, attitude on ne peut plus louable.

François Bousquet
le 15/04/2006

À lire également

Esmerine
La Lechuza
(Constellation)
Esmerine
Lost Voices
(Constellation)
Saltland
A Common Truth
(Constellation)
Esmerine
Aurora
(Madrona Records)