Keith Fullerton Whitman

Lisbon (EP)

(Kranky / Southern)

 date de sortie

20/03/2006

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 écouter

3 MP3 (extraits)

 tags

Ambient / Hrvatski / Keith Fullerton Whitman / Kranky

 liens

Keith Fullerton Whitman
Kranky

 autres disques récents
Russ Young
Pala (EP)
(Audiobulb)
The Star Pillow
Music For Sad Headbangers
(Midira Records)
Lali Puna
Being Water (EP)
(Morr Music)
Kin Leonn
Commune
(Kitchen.)

Avant de faire une pause musicale (plutôt légitime si l’on considère le nombre de sorties et de tournées proposées ces trois dernières années), Keith Fullerton Whitman nous offre ce qu’il estime être le parfait reflet de ce qu’il aspire réaliser en live : la synthèse, via l’ordinateur, des plages de guitare et des nappes synthétiques. Enregistrée à Lisbonne le 4 octobre dernier, cette prestation nous permet donc de retrouver, sur une plage unique d’une quarantaine de minutes, l’ambient soyeuse de l’états-unien (qui a largement nos préférences par rapport à ses travaux plus expérimentaux).

Après six premières minutes où ne percent que des textures arythmiques, formées de plages superposées, des éléments micro-électroniques font progressivement l’apparition : tapotements, petits glitchs, mini-larsens, souffles. Se met alors peu à peu en place un dialogue convaincant entre ces derniers et les nappes qui continuent d’ondoyer en arrière-plan. Flirtant perpétuellement avec la limite du désagréable (saturations s’arrêtant à temps, larsens jamais trop forts), les matériaux électroniques s’insèrent ainsi idéalement dans la construction sonore de Whitman. S’affirmant véritablement au bout d’un quart d’heure, ces éléments synthétiques se font même presque mélodiques via une série de notes aiguës vite recouverte par un grésillement allant crescendo et se teintant, à la dix-huitième minute d’un chromatisme inattendu. Ce passage permet d’ailleurs à Whitman de basculer dans une atmosphère moins chaleureuse, plus abrasive, avec la confrontation de nappes où la distorsion est de rigueur dans un mélange rapidement captivant.

Quand les tensions s’apaisent et que ces prenants vrombissements se taisent, des dialogues filtrés occupent l’espace sonore avant de laisser place à des sonorités plus expérimentales et plus métalliques. Va alors poindre à nouveau, après quelques dizaines de secondes, une nappe mouvante chargée d’apporter une densité certaine à ces éléments disparates. Reprenant petit à petit le devant de la scène, ces textures vont se retrouver seules en première ligne pour la clôture du morceau, histoire de boucler en beauté une boucle tout à fait probante.

François Bousquet
le 20/04/2006

À lire également

Christopher Bissonnette
Pitch, Paper & Foil
(Kranky)
Chris Herbert
Mezzotint
(Kranky)
Loscil
Sea Island
(Kranky)
Loscil
First Narrows
(Kranky)