Gregg Kowalsky

Through the Cardial Window

(Kranky / Southern)

 date de sortie

17/04/2006

 genre

Electronique

 style

Ambient / Expérimental

 appréciation

 écouter

3 MP3 (extraits)

 tags

Ambient / Expérimental / Gregg Kowalsky / Kranky

 liens

Gregg Kowalsky
Kranky

 autres disques récents
Franck Vigroux
Rapport sur le Désordre
(DAC Records)
Christina Vantzou
N° 4
(Kranky)
Erik Nilsson
The Imperfect Tense
(Hidden Shoal Recordings)
Ghost Flute & Dice
Live At Echokammer
(Attenuation Circuit)

Un mois après l’avoir découvert sur scène lors de son passage parisien, voici que sort, sur Kranky, le premier album de Gregg Kowalsky sous son propre nom (l’États-unien avait déjà été actif sous l’alias Osso Bucco).

Mettant en place une texture composite à base d’effets tirés de son ordinateur, le musicien ne s’en tient pas à cette stricte ambient et convie d’autres artistes. Ainsi Ben Bracken pose-t-il sa guitare préparée pendant que Marielle Jakobsons opère au violon et percussion ou Joel Chapen à la guitare acoustique (Ashes From Everywhere, le touchant Tendrils (Guitar Pickup)). Si leur apport n’est pas forcément évident à déceler, cette présence, comme celle extraite d’un titre du groupe drone-metal Isis (Into The Marshes They Drove Me), permet cependant d’élargir quelque peu le champ des possibles d’une ambient expérimentale qui serait assez limitée par ailleurs.

Du reste, on touche là à ce qui constitue probablement notre déception à l’écoute de ce disque : après avoir pu apprécier, sur scène, la prestation de Kowalsky, l’avoir vu jouer de plusieurs instruments (mélodica, bol en étain, cloche, appeau…) afin de traiter en direct ces sons via son ordinateur, la simple écoute de l’enregistrement « fini » s’avère assez frustrante. Plus encore, sur certains titres, l’évolution de la texture initiale est extrêmement difficile à déterminer si bien qu’on pourrait se demander, dans l’hypothèse où on écouterait le LP, si le disque ne serait pas rayé (That in Allepo Twice). Comble suprême, l’imagination peine à être suscitée alors que le genre musical choisi résonnait de toute évidence comme un appel à l’introspection divagatrice (à ce titre, seuls Coral Gables et sa nappe ondoyante et Gara Note et ses sonorités plus lumineuses et le caudal Tendrils (Guitar Pickup) font exception).

Une relative déception donc mais, encore une fois, résultant probablement davantage de la manière dont on a découvert la musique de Gregg Kowalsky que de sa musique en tant que telle.

François Bousquet
le 18/05/2006

À lire également

Christopher Bissonnette
Pitch, Paper & Foil
(Kranky)
Tim Hecker
An Imaginary Country
(Kranky)
Valet
Nature
(Kranky)
Nudge
As Good As Gone
(Kranky)