Atone

Un An

(Autres Directions in Music / La Baleine)

 date de sortie

14/06/2006

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 écouter

2 MP3 (complets, radioblog)

 tags

Atone / Autres Directions in Music / Electronica

 liens

Autres Directions in Music

 autres disques récents
Loscil
Equivalents
(Kranky)
Daniel W J Mackenzie & Richard A Ingram
Half Death
(Midira Records)
C_C
Impendulo
(Da ! Heard It Records)
Jake Muir
Acclimation
(Dragon’s Eye Recordings)

Il y a deux ans on parlait ici de Un Jour, premier EP de Atone chez Autres Directions In Music. On retrouve assez régulièrement l’angevin Antoine Monzonis-Calvet, que ce soit sous le pseudo ADS(R) ou Ladyatone (publié notamment chez Skam), avec une musique généralement plus dure, incisive. Avec Atone, on reste dans un domaine très electronica, immédiatement accessible, mais ce long format fait apparaître un travail plus abouti que sur son premier EP.

On reprochait à Un Jour d’être un peu trop doux et léger, manquant globalement de relief, provoquant une certaine monotonie, bien qu’étant finalement très plaisant. On lui reprochait de ne pas nous bousculer un peu plus. On pourrait s’étonner que sur la longueur tous ces petits défauts aient disparus, mais on mettra cela sur le fait que cet album a été composé à une autre étape de la vie de l’artiste, justement sur une période d’un an.
Le format album avec ses douze pistes lui permet aussi d’aborder des genres musicaux plus variés, alternant electronica électro-acoustique mélancolique, ambient limpide ou cotonneuse, et flirtant avec une vague actuelle mêlant électronique et post-rock à la manière de Manyfinger ou des chansons de marins bourrés de Matt Elliott sur Accordéon.

Si l’on retrouve une certaine légèreté sur Un An, ce n’est que part les sonorités utilisées, des effets qui rendent les sons aériens, mais ceux-ci décrivent des mélodies empruntes d’une certaine dose de mélancolie. Les bruitages industriels au second plan de Introduction, ou les rythmiques mécaniques de Une longue nuit, viennent d’ailleurs alourdir le propos. Pour rester dans un registre electronica, on parlera rapidement du son dense et des boucles grésillantes de Au revoir, du bicéphale Cordes, mi-ambient et mi-electronica, le tout saupoudré de quelques notes de piano, et on retiendra tout particulièrement Résonance pour sa construction aérée, pointilliste, que l’on n’attendait pas ici et qui nous surprend agréablement, ou encore Seul pour son ambient polaire à vous glacer le sang, avant de vous éveiller doucement au son d’une rythmique chaleureuse et de nappes grésillantes.
Mais comme on l’évoquait plus tôt, avec Un An Atone explore d’autres voies. Un travail plus acoustique tout d’abord, avec Mélodicas qui clôture l’album par un mélange de nappes de l’instrument cité en titre et de laptop, et Rupture qui se situe dans la lignée de Accordéon : d’abord un jeu complexe sur les sons, superposés, joués à l’envers, qui semblent issus de résonances de cloches, puis la dite rupture avec un jeu de batterie à rapprocher de Radian, jeu de batterie qui contribue grandement aux relief de cet album. On sera par contre beaucoup plus critique vis à vis de Piano que l’on trouvera un peu facile, solo de piano transformé par quelques effets (delay, filtres).
L’autre élément que l’on n’attendait pas, est l’usage assez marqué de synthés analogiques sur deux pièces ambient de toute beauté (Verset, Kaboul), sombres et envoûtantes, à faire planer tout fan de science-fiction. Pour une fois que l’ambient électronique se fait chaleureuse, il fallait le noter.

Un an est un disque d’electronica, mais pas que. C’est surtout un disque sensible, une musique qui vous parle, parfaite pour les jours de pluie.

Fabrice ALLARD
le 07/08/2006

À lire également

V/A
Hipothetik Disaster
(Hip Notik Records)
Color Cassette
Forever Sparrow
(Autres Directions in Music)
Harpagès
Simples Visions
(Autres Directions in Music)
Forest City
Peloton
(Autres Directions in Music)