Scanner + David Shea

 date du concert

18/05/2000

 salle

Centre Pompidou,
Paris

 tags

Centre Pompidou / Scanner

 liens

Scanner
Centre Pompidou

Voici une affiche presque habituelle car Scanner et David Shea jouent assez régulièrement ensemble. Cette fois c’est a Beaubourg, grande salle, grande scène, places assises, tout confort.

Ils entre en scène un peu avant 21h, histoire de dire bonjour, puis David Shea laisse la place a Scanner qui joue un premier morceau : début chaotique, ébauche de rythmique, enchainement de bruitages purement électronique (souffle, claquement, etc...), puis la mélodie arrive et tout s’organique, la rythmique devient plus régulière, plus techno. La mélodie est superbe, l’ensemble s’accorde a merveille. Un morceau dans la lignée de sa prestation au Batofar en début d’année. La construction du morceau rappelle les improvisations de Keith Jarrett, avec ses débuts ou il se cherche puis tout s’emboite petit a petit merveilleusement bien, presque logiquement.... Un seul morceau d’environ 15-20 minutes.

Scanner laisse alors la place a David Shea lui aussi pour un seule morceau d’une durée équivalente. Ce morceau commence comme il finit : pas vraiment d’évolution dans le morceau. Vaste pièce mélangeant différents genres : musique contemporaine, musique de film, musique concrète, ambient, jazz, world. Parfois tres sage avec ses sons de piano electrique, parfois délirants avec ses envolées de voix qui se superposent toujours l’une plus forte que l’autre. Surprenant aussi d’entendre l’intro d’un générique de film. Une musique très riche, variée, dense. Techniquement incroyable de voir tous les sons qu’il sort de son unique synthé, mais le manque de progression, d’évolution me feront lacher au bout d’un moment.

Le set terminé, ils reviennent tout les deux. Scanner a l’air d’être en général le moteur avec les rythmiques et les basses. C’est d’ailleurs lui qui débute les morceaux, créant une trame, sur laquelle David Shea tisse des ambiances, tour a tour world avec ces voix arabisantes, puis jazzy avec une imitation de saxo. Imitation car c’est bien des sons d’instruments classique ou de voix que David Shea recrée avec son synthé, alors que Scanner est plus orienté musique électronique, en utilisant des sons typiquement électro (grosse basse, souffles et grésillements). Dans la structure également on note bien la différence entre Scanner et ses rythmes strictes, carrés, sans toutefois être classiques et binaires, et David Shea qui joue une musique plus free, abstraite, décomposée, imrpovisée. Le mélange des deux fonctionnait parfaitement.
On notera aussi que les trames de Scanner, sont aussi les trames des morceaux qu’il jouait en janvier dernier, et certaines mélodies étaient également reconnaissables.

Fabrice ALLARD
le 22/05/2000

À lire également

22/09/2004
Starball 3 : Scanner (...)
(Planétarium)
V/A
Bip-Hop Generation v.6
(Bip-Hop)
Deison
Night Sessions
(Silentes Minimal Editions)
Tennis
Furlines
(Bip-Hop)