Loscil

Triple Point

(Kranky / Chronowax)

 date de sortie

22/10/2001

 genre

Electronique

 style

Ambient

 appréciation

 tags

Ambient / Kranky / Loscil

 liens

Loscil
Kranky

 autres disques récents
Lali Puna
Being Water (EP)
(Morr Music)
Kin Leonn
Commune
(Kitchen.)
V/A
Cottage Industries 8
(Neo Ouija)
Snow Palms
Everything Ascending / Circling (EP)
(Village Green)

Premier album du canadien Scott Morgan, alias Loscil, Triple Point est fondé sur le concept de la thermodynamique, cette science qui étudie les rapports entre chaleur et énergie. On retrouve cette influence assumée jusque dans les titres des morceaux : Pressure, Hydrogen, Vapour ou Conductivity.

Tout au long des dix titres qui forment cet album, les beats légers, qu’on croirait être des battements de cœur, se mêlent à des sonorités proches du dub, le tout sur fond de nappes de synthé. Rarement mélodiques, les titres composés par Loscil font le plus souvent la part belle aux ambiances. L’intérêt majeur, une fois la texture principale installée provient des éléments qu’il ajoute par-dessus : petits sifflements, percussion à la rythmique décalée, pulsations électroniques plus ou moins rapides et plus ou moins accentuées, clicks discrets. Ceux-ci s’intègrent parfaitement et Loscil nous fait montre d’un beau talent d’arrangeur.

On regrettera toutefois que Scott Morgan n’arrive pas (se refuse ?) à faire évoluer sa texture de base. Autant son travail sur les sonorités de premier plan est convaincant, autant il donne clairement le sentiment de ne plus s’occuper des nappes à l’arrière-plan. Il les met en place, de belle manière cela dit, mais c’est tout. Le décalage créé est probablement censé illustrer la thermodynamique, un élément restant statique tandis qu’un autre est en mouvement, mais pourtant, on ne parvient pas à être emballé. On a comme l’impression que Loscil s’est un peu forcé dans sa recherche d’illustration sonore de cette science et s’est parfois quelque peu fourvoyé.
Lorsqu’il se décide enfin à travailler réellement ses nappes (Vapour), on obtient d’intéressants passages tout en crescendo et decrescendo semblables au flux et au reflux de la marée. On se demande alors pourquoi il n’a pas opéré de la sorte sur d’autres morceaux.

Bien qu’à la fois proche d’Electric Birds (même si les influences dub sont ici moins marquées) et de Stars of the Lid, Loscil n’emporte, au final, pas pleinement notre adhésion, même si l’écoute de son album n’est pas désagréable.

François Bousquet
le 31/01/2002

À lire également

Dedekind Cut
Tahoe
(Kranky)
Felix
You Are The One I Pick
(Kranky)
The Dead Texan
S/t
(Kranky)
Implodes
Black Earth
(Kranky)