V/A

Vertical Forms

(Vertical Form / La Baleine)

 date de sortie

25/02/2002

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Bola / Electronica / EU / Funkstorung / Isan / Kid606 / Múm / Monolake / Smyglyssna / Thomas Fehlmann / Vertical Form / Vladislav Delay

 liens

Funkstorung
Isan
Monolake
Múm
Bola
Vladislav Delay
EU
Vertical Form

 autres disques récents
Mis+Ress
Dispellers
(Sound in Silence)
Ex Confusion
I Remember When
(n5MD)
Deaf Center
Low Distance
(Sonic Pieces)
Russ Young
Pala (EP)
(Audiobulb)

On s’est d’abord intéressé au label Vertical Form pour le split album entre Arovane et Phonem sorti il y a un an, ils nous ont surpris plus récemment en sortant le dernier album de Pan American, et entre temps on pouvait trouver cette excellente compilation regroupant des artistes déjà connus mais venus d’horizons divers, certains nous offrant ici que des inédits et quelques excellentes surprises.

Isan ouvre le disque, mais ils ne surprennent plus personne avec leur electronica douce, claire, propre, Monolake enchaîne dans la veine de ses précédentes productions, entre electro-dub et ambient, relevé par des mélodies épurées en arrière plan, parfait comme d’habitude.
Vladislav Delay signe ici sous le simple nom de Delay un morceau plus rythmé qu’a son habitude, dansant et légèrement teinté house même si l’on retrouve les éléments qui caractérisent sa musique. Thomas Fehlmann est toujours présent avec plus de 10 ans de carrière (aux côtés de The Orb, en tant que membre de Sun Electric) et sa présence sur cette compilation confirme la bonne santé du bonhomme avec un morceau ambient aquatique fort séduisant. On se croirait sur un bateau avec la pluie qui tombe, le bois qui grince...
On retrouve ensuite les russes de EU qui débute de façon assez classique et minimaliste et progressant vers une electronica mélodique et grésillante, Bola nous lasse assez rapidement avec un morceau extrêmement répétitif appuyé par une rythmique métallique aux consonances industrielles, et Múm clôture avec un morceau instrumental agréable mais relativement classique.

Quels sont donc les artistes qui nous surprennent sur ce disque ?
Il y a tout d’abord Funkstörung avec Lolita, d’abord très dur avec sa rythmique sale et métallique puis ses notes qui s’emmêlent pour former des mélodies savantes. L’ensemble est perturbé par des breaks qui ressemblent a des accidents rythmiques, et les deux allemands s’amusent avec la stéréo en élargissant son champ. C’est beau, complexe et pourtant immédiat.
Deuxième grosse surprise, Kid606, qui nous étonne avec un morceau particulièrement aéré, presque avare de sons. Ici la source sonore est brève, percutante et agencée avec justesse pour produire une rythmique groovy sur des nappes vaporeuses, jouant ensuite avec les filtres pour en changer la couleur.
On terminera avec Smyglyssna qui opte pour la même technique : basse grésillante et brève, absence de fioritures, il crée ensuite une impression de profondeur en superposant sonorités de basse toute en longueur et brèves notes aiguës.

Pour les amateurs du genre, s’il y a une compilation electronica à acheter, c’est bien celle-ci. Excellente qualité des morceaux qui permettent d’avoir une idées des artistes que l’on ne connaît pas et qui réserve tout de même quelques excellentes surprise à ceux qui sont déjà familiers de ces artistes.

Fabrice ALLARD
le 24/08/2002

À lire également

Isan
Meet Next Life
(Morr Music)
Múm
Early Birds
(Morr Music)
V/A
Condominium
(Mousike Lab)