Après un album de Mlada Fronta et un autre de Mimetic, le jeune mais productif label Parametric se lance dans une entreprise colossale. En effet, qfg:A Compilation rassemble sur 3 CD, pas moins de 45 artistes français oeuvrant dans le large registre des musiques électroniques. Bien sûr, on trouve de nombreux morceaux aux consonances industrielles, mais le panel est assez large pour s’intéresser aussi à l’ambient, l’electronica et autres expérimentations. Impossible de passer en revue tous ces artistes, mais on retiendra quelques noms, quelques excellentes surprises, et des valeurs sûres qui ne nous déçoivent pas.

Le premier disque est peut-être le plus facile d’accès, ou en tout cas celui qui est le plus dans nos cordes. Un très beau morceau de Flint Glass pour commencer mêlant nappes ambient et rythmique saturée. Pour continuer avec les plus connus, on parlera de Mlada Fronta qui nous surprend avec un joli titre, entre ambient et electronica mélodique, très doux. Von Magnet restent fidèles à eux mêmes, entre les rythmiques dures de Mimetic et les chants tribaux de Phil Von. Mimetic justement que l’on retrouve plus loin n’est pas un meilleur de sa forme, tout comme Oil 10 avec un titre un peu plat et répétitif.
Mais de nombreux artistes que l’on ne connaissait pas jusque là, ou alors uniquement de nom tiennent la tête de ce premier CD. On citera le magnifique morceau de Gom avec arpège planante, guitares aériennes et plaintives et rythmique joliment déconstruite et Morthem Vlade Art qui joue dans un registre plus classique, electronica mélodique, mais des sonorités originales. On trouvera ensuite quelques très beaux morceaux ambient, à commencer par Nimp et ses notes à mi-chemin entre choeurs et cordes, ponctué par une grosse basse sourde et granuleuse. Rabbits | Sorrow et Shizuka ensuite, toujours dans un style très calme se sortent parfaitement d’affaire.

Le deuxième disque est aussi le plus expérimental. Quelques morceaux ambient viennent calmer le jeux, avec là encore de superbes morceaux. En guise d’ouverture, We Are Gentlemen superpose nappes mélodiques et petits bruitages un peu à la manière de Zonk’t également présent sur ce disque. D’autres peinent à nous faire partager une ambiance un peu sombre (Apophasis), les expérimentations d’Ultra Milkmaids ou de De Mange Machine nous semblent un peu vaines, tout comme l’électro rétro et répétitive de Celluloid Mata. Tout aussi répétitifs, les morceaux de Frédéric Nogray et Mid&Ric évoluent suivant une lente montée de basses acides qui permet de garder l’attention de l’auditeur pendant 8 minutes.
Retour au calme ensuite avec Audioside et Such. Ambient avec mélodie perturbée, tournoyante, hésitante pour le premier, et electronica façon clicks & cuts pour le second.

Le dernier disque est le plus contrasté. Du côté indus, les rythmiques sont hachées, abrasives, dures et dansantes, les basses se font acides. Milligramme et Lith sortent immédiatement du lot avec deux morceaux sauvages et taillés pour la scène alors que Rudra Vena et Zerogoki poussent les rythmes au maximum ne laissant aucune place à une quelconque finesse. On retiendra par contre le morceau de Morphoex, dont l’intro nous rappellera Electronicat.
Si les morceaux rythmés de ce disques sont particulièrement indus, les titres ambient sont particulièrement dark, et dans ce style on trouve les chants moyen orientaux de Punish Yourself, la basse métronomique de Macrocoma et les silences de Le Son de la Convergence.

Trois CD, 15 artistes par disque, plus de 3h30 de musique, l’ensemble pourrait paraître un peu lourd à digérer. Pourtant, alternant les genres et les sonorités cette compilation passe sans problème. Seul peut-être le dernier disque est à réserver au plus énervés.

Fabrice ALLARD
le 25/05/2003

À lire également

Greg Davis & Sébastien Roux
Paquet Surprise
(Carpark Records)
15/03/2009
Présences Electronique
(Le 104)
13/11/2003
Mou,Lips ! - Heller
(Project 101)