Sun

S/t

(Staubgold / Chronowax)

 date de sortie

26/08/2003

 genre

Rock

 style

Folk / Pop

 appréciation

 tags

Folk / Hrvatski / Mapstation / Oren Ambarchi / Pimmon / Pluramon / Pop / Rafael Toral / Staubgold / Sun / Voicecrack

 liens

Oren Ambarchi
Rafael Toral
Voicecrack
Pimmon
Pluramon
Staubgold

 autres disques récents
Grouper
Grid of Points
(Kranky)
Kim Myhr
You | Me
(Hubro)
Nadia Struiwigh
WHRRu
(Denovali Records)
Serph
Aerialist
(Noble)

Sun est une nouvelle formation composée par Oren Ambarchi connu pour ses expérimentations en tant que guitariste et Chris Townend, guère connu en dehors de son Australie natale. C’est d’ailleurs sur le label australien Preservation Records qu’est sorti cet album, suivi de peu par sa version remixée. Les deux disques sont ici regroupés dans le cadre de cette nouvelle sortie en licence chez Staubgold.

Cet album est une surprise à plus d’un titre. Tout d’abord Oren Ambarchi se lance dans le folk, puisque c’est bien le genre abordé par Make It, premier titre du disque avec slide guitare, rythmique feutrée et chant. Bien sûr on y trouve quelques éléments inhabituels, mais ceux-ci restent très discrets comme les petits bleeps électroniques à la manière d’une transmission en morse.
L’album, d’une courte durée, reste plus ou moins dans le même style tout au long des huit pistes qui le composent. Parfois le son se fait un peu plus franc, plus pop, limite surf-rock sur Sleepin’ et son accompagnement de vieux claviers, ou même plus rock comme Moon et ses guitares grinçantes qui contrastent avec les reprises très posées.
Dans le style, on préférera la voix désenchanté qui hante Reach for the Sky, la voix doublée de Leave It On Its Own, mais rien n’atteint la beauté de I don’t Mind, sublime morceau de pop fragile, délicieux accompagnement d’une seconde voix féminine, apparition d’un piano lors d’un break, et déchirant final à l’harmonica.

La seconde surprise, c’est de voir un tel disque chez Staubgold, généralement plus expérimental et en tout cas plus électronique. D’où le deuxième CD qui propose les mêmes huit morceaux revisités par des artistes comme Mapstation, Pimmon ou Hrvatski. Très excité à l’idée de découvrir ces relectures, on déchantera assez vite. En effet ces remixes restent très proches des versions originales et ne proposent pas grand chose de vraiment nouveau, aucune prise de risque.
Pour commencer, Mapstation y insère ses boucles électro-anodines, puis Pluramon gonfle le son de Reach for the Sky avec des guitares devenues électriques et grinçantes. Plus tard Rafael Toral disséminera de légers traitements/brouillages sur la guitare, et le disque se terminera avec Christoph Heemann qui se contente d’ajouter un drone au second plan.
On attendait beaucoup de leur compatriote Pimmon qui s’en sort pas mal avec une version instrumentale et quelques traitements numériques en fond sonore, sur la rythmique, qui prennent de l’ampleur et finissent par effacer la mélodie de guitare. Tom Recchion fait un travail plus intéressant en allongeant le temps sur une version très lente, pleine de silences hantés par les restes d’une note, le grondement d’une basse, ou un chant murmuré.
Hrvatski s’amuse à déstructurer la rythmique sur des guitares cristallines, mais c’est Norbert Möslang (moitié de Voice Crack) qui retient notre attention avec sa version de I don’t Mind dont il garde la force, et ajoute de multiples bruitages et gargouillements sourds.

D’un point de vu strictement musical son intérêt est assez limité. Les remixes eux aussi n’apportent pas grand chose alors que le croisement entre folk et musique électronique aurait pu être fort intéressant. Reste un joli disque, calme et doux, qui ravira les amateurs de folk.

Fabrice ALLARD
le 26/08/2003

À lire également

Oren Ambarchi
Audience of One
(Touch)
08/10/2015
Bozar Electronic Arts
(Bozar)
Andrew Pekler
Strings + Feedback
(Staubgold)
17/02/2012
Keith Fullerton Whitman
(Instants Chavirés)