V/A

Effervescence Manifeste

(Collectif Effervescence / La Baleine)

 date de sortie

22/10/2003

 genre

Electronique

 style

 appréciation

 tags

Audiopixel / Colegram / Collectif Effervescence / Domotic / MELt / Modul / Motenai / OK Suitcase / Pelforte / Perceval Music / Room 204 / Stuntman5 / The Patriotic Sunday / This Melodramatic Sauna

 liens

Room 204
Stuntman5
Motenai
Collectif Effervescence

 autres disques récents
Kyoka
SH
(Raster-Noton)
eRikm
Doubse Hystérie
(Monotype Records)
Borosilicate Purl
Coalescence
(Autoproduit)
Stafrænn Hákon
Hausi
(Vogor Records)

On avait déjà parlé de la précédente compilation du label Effervescence, il y a environ un an, alors que celle-ci sortait sous forme de CD-R. Depuis, le jeune label s’est professionnalisé en passant au CDs pressés, en trouvant un distributeur digne de ce nom, atteignant rapidement son rythme de croisière avec la sortie des albums de Stuntman5, Room 204 ou plus récemment Motenai. Si à l’époque on avait été séduit par l’éclectisme de cette compilation, c’est encore plus vrai aujourd’hui, avec une qualité au rendez-vous que ce soit du côté pop-rock ou musiques électroniques, tout en privilégiant les mélanges et croisements.

Si le disque passe aisément d’un morceau pop à un autre plus électronique, on passera ici chaque registre en revue, pour plus de clarté.
Commençons par le rock, et pourquoi pas par Room 204, plus connu, qui produit ici un morceau contrasté, composé de plages calmes et passant brutalement à des guitares acérées pour des passages très tendus, le tout de façon hachée sur un Firebass qui nous fera penser par moment à Tortoise. Ollissipona et Arsenal produisent tous les deux un rock à la rythmique franche et régulière sur lesquels il plaquent guitares ou boucles électroniques de façon tout aussi automatique. Le premier nous fera penser à Chevreuil avec ce son de batterie, alors que justement Arsenal est le projet solo du batteur de ce groupe. Un peu plus pop avec un chant assuré par le chanteur de The Patriotic Sunday, Seymour durci sa musique lors de passages plus rock, mais aussi un peu plus classique.

On va ensuite se calmer pour aborder les artistes oeuvrant dans un registre pop/folk. Mansfield.TYA servira de transition puisque ce duo de filles a quelque chose de rock dans sa musique. Peut-être est-ce la voix à peine écorchée ou le violon grinçant qui fait passer un certain désespoir, ou désenchantement. La palme de la simplicité reviendra à This Melodramatic Sauna qui se contente d’une guitare et d’un glockenspiel, sur lesquels il pose sa voix douce. Le son est très brut, les notes de guitare sont franches, donnant l’impression qu’il joue à côté de nous. Guitare et voix également pour The Patriotic Sunday, mais avec un son beaucoup plus soigné, et surtout des variations dans le jeu de guitare et des intonations de voix à tomber par terre, participant pour beaucoup à la beauté de cette Violeta. Plus riche en terme d’instrumentation, les morceaux de Modul (Domotic + Audiopixel) et Belone (ex-membre de Margo), tournent autour de voix douces, feutrées où l’électronique n’hésite pas à venir en renfort.

Du côté de l’électronique, on ne sera pas surpris de retrouver Motenai dont on parlait récemment et qui vient de sortir son album chez Effervescence. Electronica mélodique mais qui nous paraîtra ici un peu plus accidentée. Comme sur la précédente compilation, on retrouve l’excellent dosage de guitares et d’éléments électroniques avec Belikomi et Pelforte. Mélanges fins et délicats, superbes mélodies de guitare tandis que des nappes servent d’accompagnement ou des bruitages électroniques viennent jouer les troubles fête. Stuntman5 nous surprend un peu avec un morceau très calme composé de nappes ambient flottantes et boucle rythmique lourde mais en retrait. Un mélange qui le rapproche de MELt (lui-même moitié de Colegram), dont on préférera toutefois le travail sur les nappes sans cesse mouvantes, grésillantes. Colegram justement est également présent sur cette compilation, avec un ...Or Not dans la pure tradition electronica : nappes mélodiques, rythmiques déstructurées et syncopées. Domotic qui conclut cette compilation nous déçoit ici avec un très long morceau ou une lente mélodie naïve apparaît au fur et à mesure que des cancans électroniques disparaissent.

Toujours électronique, mais dans un registre plus expérimental (où aurait pu figurer Domotic), on fera quelques belles découvertes avec Perceval pour commencer. Avec un nom pareil, on ne s’étonnera pas de trouver ici des notes de clavecin, assemblées de façon mélodique et répétitive mais évoluant au fil du morceau, rappelant le travail de Steve Reich. Un peu plus classique, mais fort réussis, les deux morceaux de OK Suitcase et Audiopixel sont de toute beauté : nappes ambient fracturées, mélodies fragmentées, puzzles mélodiques et glitchs à foison pour des ambiances à rapprocher de Fennesz. Et pour conclure, le sommet de l’expérimentation revient ici au portugais Draftank avec un morceau purement abstrait, suite de bruits, chuintements, notes variées.

Pour peu que vous aimiez le rock, la musique électronique, et que quelques expérimentations plus difficiles ne vous fassent pas peur, ce disque est un indispensable témoignage d’une jeune scène fertile.

Fabrice ALLARD
le 30/11/2003

À lire également

Stuntman5
Bretzel Arabesque
(Collectif Effervescence)
André Gonçalves
Currents & Riptides
(Shhpuma)
15/08/2003
Route du Rock 2003 : (...)
(Fort de St Père)
Stuntman5
Akolabuzi Sequels
(Collectif Effervescence)