Phonem - Capitol K

 date du concert

08/02/2002

 salle

Centre Pompidou,
Paris

 tags

Capitol K / Centre Pompidou / Phonem

 liens

Centre Pompidou

 dans la même rubrique
14/11/2017
Thomas Tilly / BJ Nilsen
(Instants Chavirés)
13/11/2017
Christian Wallumrød Ensemble
(Dynamo)
09/11/2017
Matt Elliott
(Médiathèque Musicale de Paris)

Voici une soirée que l’on attendait avec une certaine impatience en raison de la présence de Phonem, pour une prestation qui fait suite à la sortie de son nouvel album, Ilisu.
Nous ne connaissions alors pas Capitol K, mais ce concert fut pour nous une énorme surprise.

C’est Phonem qui ouvre le bal, mais nous ne danseront pas aujourd’hui, confortablement assis dans les sièges de la grande salle de spectacles de Beaubourg. D’ailleurs la musique de Phonem ne s’y prête guère, et encore moins ce soir.
Démarche assez étonnante de la part de cet artiste qui au lieu de faire la promo de son album joue une musique complètement différente. Sur scène nous fûmes alors confronté à une musique dépouillée, calme, ambient mais vide. De longues nappes fades, avec diffusion de bruitages pleins de delay, bref une musique sans aucun intérêt.
Deux titres se démarqueront, basés sur des rythmiques soutenues et concassées, mais le second se verra interrompu par un problème technique.
Phonem jouera d’ailleurs de malchance, entre le plantage de son ordinateur et ce qui semblait être, il faut bien l’avouer un certain manque de préparation. Au final, une énorme déception.

Nous n’attendions rien de spécial de Capitol K, mais heureusement, il relèveront avec brio le niveau de la soirée. Le groupe est composé de deux personnes, l’une derrière un powerbook, l’autre équipée d’une guitare et de divers effets se chargera également du chant.
Le premier titre nous montrera déjà les capacités vocales du chanteur à la voix androgyne pour une chanson assez représentative de ce que donnera le concert : ambiance psychédélique, chanson pop mélancolique, bidouillages électroniques. La fusion est parfaite, certaines chansons sont de vrais tubes pop, des ballades aériennes, mais les morceaux sont aussi très techniques. A ce titre le jeu du guitariste est assez impressionnant, que ce soit dans sa manière de jouer de son instrument où d’alterner rapidement le touché des cordes et la manipulation des effets.
Mais le répertoire de Capitol K est parfoit plus rock, plus électronique, ou plus noisy pour les titres les plus expérimentaux. Leur attitude sur scène est aussi assez importante : vers la fin du concert il feront semblant de sampler un triangle et une flûte, mais le morceau qui suivra débutera par une grosse basse dance qui surprendre et prêtera à sourire.
Ambiance cool et décontracté, musique de qualité, bref, ce fut la grosse surprise de la soirée.

Fabrice ALLARD
le 03/03/2002

À lire également

Phonem
Ilisu
(Morr Music)
Elliot Perkins
Eurodac Express
(Public Record)
Múm
Please smile my noise bleed
(Morr Music)
Cinélux
S/t
(Peter I’m Flying !)