DJ Spooky

Rhythm Science

(Sub Rosa / Tripsichord)

 date de sortie

13/11/2003

 genre

Electronique

 style

 appréciation

 tags

DJ Spooky / Sub Rosa

 liens

DJ Spooky
Sub Rosa

 autres disques récents
Benoit Pioulard
Lignin Poise
(Beacon Sound)
Garaliya
Ventricle Replicant
(Kvitnu)
Wil Bolton
Night Paths
(Hidden Vibes)
Haco
Qoosui
(Someone Good)

Il faut dire que cet exercice lui était tout à fait destiné. En effet ce disque est le premier d’une série qui consiste à donner accès à un artiste, à tout le catalogue Sub Rosa. Celui-ci pioche les morceaux qui lui plaisent, l’inspirent et les assemble pour former une nouvelle pièce inédite. Il faut dire que le côté arty, pointu et éclectique se Sub Rosa est assez proche de la démarche de DJ Spooky que l’on connaît notamment pour sa musique drum’n bass, ses influences jazzy sur son dernier album, et ses nombreuses collaborations et performances avec des compositeurs contemporains pour des expériences électroacoustiques. Mais cette communion d’esprit se situe aussi au niveau de l’appartenance à une même famille, la beat génération, avec ses pères William S. Burroughs et Gilles Deleuze.

Cet album est donc un mélange de tout ça, et même plus. Petite intro ambient avec spoken words, puis longue séquence très drum’n bass, tantôt jazzy, tantôt planante, dérivant petit à petit vers des constructions psychédéliques. Comme sur l’ensemble de l’album, des voix viennent parfois se poser sur ces musiques, avec ici Antonin Artaud ou le poète américain E.E. Cummings. On passe ensuite à une musique plus proche de l’electronica avec un superbe titre de Vedic mixé avec la voix de Tristan Tzara pour une ambiance carrément mystique. Les expérimentations d’Oval et Yoshihiro Hanno quant à elles s’écouteront facilement, ne servant que de tapis sonore à un texte de James Joyce, puis Marcel Duchamp un peu plus tard avec Main et David Shea, des fidèles du label belge.
Plus surprenant, un chant religieux de Scola Hungarica, puis une liturgie de Pâques chantée sur les rythmique drum’n bass de DJ Wally. Après quelques pièces contemporaines, fruit de collages et mélanges électroacoustiques, on trouve quelques beaux morceaux ambient de Seefeel, Scanner en solo et avec Kim Cascone.
Le dernier tiers de l’album est plus orienté musique contemporaine, avec Claude Debussy pour commencer, puis David Shea et Tobias Hazan, quelque pas entre musique de film, électroacoustique et concrète. Disjecta nous surprend avec un titre au piano, puis d’autres auteurs plus ou moins connu proposent le même type d’oeuvres : Giancinto Scelsi, Luciano Berio ou Morton Feldman mixé avec une rythmique d’un autre compositeur. Entre temps on sera passé par quelques incursions world avec percussions africaines, et autres musiques traditionnelles, le tout revu par ou mixé avec des pièces de Jon Hassel ou Bill Laswell.
Un peu à part, mais il ne faudrait pas oublier les quelques morceaux electronica de Matik et Mouse on Mars, avant le final rock expérimental de Lee Ranaldo et Patti Smith. Le disque se termine comme il a commencé, à savoir la voix sensuelle de Sussan Deyhim.

On a beau être perplexe sur la démarche d’un label qui se regarde un peu le nombril et tout ce qu’il a fait (de bien) par le passé, mais il faut bien avouer que cet album est une petite merveille, à la fois un tour du monde et un voyage dans le temps, proposant une sorte de relecture de l’histoire de la musique, et DJ Spooky est un merveilleux conteur.

Fabrice ALLARD
le 07/04/2004

À lire également

Novi_sad
Inhumane Humans
(Sub Rosa)
24/01/1999
Roland Auzet - DJ Spooky
(Cité des Sciences)
Oiseaux-Tempête
ÜTOPIYA ?
(Sub Rosa)
Cristian Vogel
Black Swan
(Sub Rosa)