V/A

Cottage Industries 4 : Meadow

(Neo Ouija / Import)

 date de sortie

11/04/2005

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Atone / Cepia / Deer / Electronica / Ido Govrin / Julien Neto / Maps and Diagrams / Neo Ouija / Pandatone / Praveen / Random Noise Productions / Semuin / Sense / Seven Ark / The Open Directory Project / Xela / Zegunder

 liens

Xela
Sense
Pandatone
Zegunder
Praveen
Semuin
Random Noise Productions
Julien Neto
Cepia
Neo Ouija
Deer

 autres disques récents
Zachary Paul
A Meditation On Discord
(Touch)
Western Edges
Prowess
(Sound in Silence)
Mis+Ress
Dispellers
(Sound in Silence)
Ex Confusion
I Remember When
(n5MD)

Poursuivant un rythme relativement régulier, Neo Ouija nous propose, depuis quatre ans et demi, des compilations electronica de bonne facture. Si la première avait été l’une des plus probantes que l’on ait entendues à ce jour, les deux autres présentèrent des visages tout à fait décents ; dès lors, on est plus qu’impatient de découvrir la nouvelle.

Après un très court titre de The Open Directory Project, la compilation débute par l’excellent duo israëlien Zegunder dont le premier album avait été un des meilleurs disques de l’an passé ; guitare acoustique digitalisée, dialogue téléphonique samplée et ambiance electronica-shoegazing sont ici encore au rendez-vous même si le résultat est moins emballant que sur leur album. On passe ensuite à Julien Neto dont un long-format est prochainement attendu sur Type, le parisien nous propose une electronica-ambient savoureuse où l’atmosphère plutôt sombre des nappes est tempérée par des cliquetis. Un titre de Pandatone (ni désagréable, ni intéressant, à l’image de son album) et un morceau extrêmement bref de Sense plus tard, on retrouve Semuin dans la foulée de son long-format sur Audio Dregs avec son electronica-lo-fi aux contours enfantins. Seul artiste à être deux fois présent sur le disque, Random Noise Productions séduit, dans son premier morceau, avec sa guitare acoustique légèrement traitée avant d’intriguer, avec le second, tout d’abord porté sur les textures granuleuses semblables à une « pluie électronique » avant que la six-cordes de l’Allemand ne perce au tiers du titre ; on suivra avec intérêt ses futures pérégrinations (un album est en préparation, sur Neo Ouija, sous l’alias Deer).
S’écartant de l’electronica de leurs récents albums, Seven Ark nous offre une ambient emballante tandis que Praveen opte pour un croisement entre néo-classique (piano caractéristique) et travail sur les nappes. Autre inconnu avant cette compilation, Reporter fait également dans l’ambient mais son titre, un peu trop long (six minutes trente), peine à véritablement se renouveler, condition impérative de la réussite de ce type d’entreprise. Auteur à l’automne d’un excellent 12" sur Ghostly International, Cepia intéresse encore, ici, avec une electronica arythmique lumineuse tandis qu’Atone, avec le morceau qui clôturait son EP sur Autres Directions in Music, opte pour un travail plus complexe où les éléments se superposent, flirtent quelques secondes avec la saturation et semblent en permanence fonctionner au ralenti (sans que cela ne soit pénalisant). Par la suite, Maps & Diagrams poursuit dans la veine mélancolique à laquelle il semble majoritairement s’adonner depuis un an avant que l’on ne fasse la connaissance de la troisième découverte du disque en la personne d’Ido Govrin qui œuvre dans les mêmes eaux que Random Noise Productions pour un résultat également convaincant. Enfin, Xela clôt, par une délectable union entre guitare acoustique, glockenspiel, mélodica et boîte à rythmes, ce quatrième volume qui s’avère, en définitive, globalement moins axé sur l’electronica mélodique « pure » et davantage sur les rencontres entre guitare acoustique et éléments électroniques que les précédents.

François Bousquet
le 24/05/2005

À lire également

Maps & Diagrams
Polytuft-tech
(Expanding Records)
Pandatone
Lemons and Limes
(Neo Ouija)
Bury & Disinter / Somme
Part 1 / Ecologists Club
(Static Caravan & Cactus Island Recordings)
Maps and Diagrams
Smeg
(Cactus Island Recordings)