Domotic

Ask for Tiger

(Active Suspension / Chronowax)

 date de sortie

06/06/2005

 genre

Electronique

 style

Pop

 appréciation

 tags

Active Suspension / Domotic / Pop

 liens

Active Suspension

 autres disques récents
Amiina
Fantômas
(Mengi)
Darren McClure
Primary Locations
(Dragon’s Eye Recordings)
Akira Kosemura
Our Own Picture (EP)
(Schole)
Piano Magic
Closure
(Second Language)

Il y a trois ans, le premier album de Domotic, Bye Bye, avait placé Stéphane Laporte parmi les plus intéressants artistes de la scène electronica française. Après de nombreuses prestations scéniques (peu réussies au début, nettement plus convaincantes ensuite, légèrement “ routinières ” récemment), on attendait avec impatience cet Ask for Tiger.

Hélas, on déchante assez rapidement : comme tant d’autres musiciens electronica, le jeune Français s’est mis dans l’idée de produire, à présent, une électro-pop chantée. Si on peut avancer plusieurs hypothèses d’un tel changement (ne pas se cantonner à un style unique, répondre aux éventuelles – et stupides – critiques sur la passivité des lives au laptop et machines), on ne peut, en écoutant le résultat, que regretter un tel choix. En effet, la voix, quand elle n’est pas filtrée au vocoder, se fait traînante et très rapidement irritante, semblant prendre complètement le dessus sur la musique (même quand il s’agit d’une “ballade” comme Hugs & Kisses). On pourrait alors essayer de se reporter sur l’instrumentation pour espérer trouver un havre salutaire. Malheureusement, ce ne sont que synthés old-school, rythmiques basiques, grésillements baveux et sonorités usées de jeux vidéo couplés, qui plus est, à une inventivité réduite, à d’infantiles mélodies et à d’incessantes redites.

Ne retrouvant nullement la personnalité de l’attachant auteur de Bye Bye, on soulève l’idée que ce second album constitue en réalité une volonté de pousser au maximum le second (troisième ? quatrième ?) degré, voire de réaliser un pastiche. Mais, peine perdue, on renonce (en ayant, au préalable, extrait la seconde moitié de Turquoise/Trotzdem, sorte de croisement plutôt probant entre post-rock épique et electronica, et le caudal et dépouillé Animals are ugly and so am I) face à ce qui, au mieux, est une posture décalée et, au pire, le caprice boursouflé d’un musicien voulant, en prenant de la sorte le public de son premier album à contre-pied, faire son petit-malin et tomber, alors, dans le ravin.

François Bousquet
le 06/06/2005

À lire également

O.Lamm
Hello Spiral
(Active Suspension)
Hypo
Random Veneziano
(Active Suspension)
Egyptology
The Skies
(Clapping Music)
04/03/2017
Domotic
(Médiathèque Musicale (...))