Luigi Archetti & Bo Wiget

Low Tide Digitals II

(Rune Grammofon / Import)

 date de sortie

23/05/2005

 genre

Electronique

 style

Expérimental

 appréciation

 tags

Bo Wiget / Expérimental / Luigi Archetti / Rune Grammofon

 liens

Luigi Archetti
Bo Wiget
Rune Grammofon

 autres disques récents
Orchard
Serendipity
(Ici d’Ailleurs)
Kyoka
SH
(Raster-Noton)
eRikm
Doubse Hystérie
(Monotype Records)
Borosilicate Purl
Coalescence
(Autoproduit)

Quatre ans après leur premier long-format, le duo Luigi Archetti (guitare) et Bo Wiget (violoncelle) revient avec un nouvel album, continuité absolue avec le premier (aussi bien dans son titre que dans le nom de ses morceaux, le disque débutant par Stück 12 là où Low Tide Digitals s’achevait avec Stück 11).

Proposant chacun un tremolo de leur instrument respectif, le duo italo-suisse se situe en permanence sur la ligne de crête entre improvisation captivante et expérimentation bruitiste pouvant être difficilement supportable. Intervient alors l’apport capital d’éléments électroniques qui permettent aux musiciens de ne pas se contenter d’une simple rencontre entre leurs deux instruments : densifiant les textures ainsi constituées, incorporant des micro-rythmiques, des souffles ou des bribes mélodiques, les matériaux synthétiques utilisés poussent la musique produite vers le drone, là où la simple présence des instruments l’aurait amené vers un certain free-jazz. Par moments même, les instruments se font nettement plus apaisés (la guitare se fait mélodique, le violoncelle calme ses ardeurs) et un titre quasi-ambient nous est proposé (Stück 16).

Mais la majeure partie du disque est néanmoins composée de morceaux donnant l’impression d’être improvisés : la guitare jouant une mélodie détachée et le violoncelle venant se poser, mi-grinçant, mi-harmonieux, sur la texture créée à l’aide des composants électroniques. Tantôt caverneux, tantôt aquatiques quand ils sont épars, généralement très sombres et grésillants quand ils forment une nappe, ces éléments sont différents d’un morceau à l’autre, permettant à une musique qui pourrait passer pour répétitive d’éviter avec brio cet écueil, formant en conséquence un album très intéressant.

François Bousquet
le 26/08/2005

À lire également

Svalastog
Woodwork
(Rune Grammofon)
Phonophani
Kreken
(Rune Grammofon)
Luigi Archetti & Bo Wiget
Low Tide Digitals III
(Rune Grammofon)
22/02/2006
Low Tide Digitals / (...)
(Instants Chavirés)