Zéro Degré

Les Ecrans

(Le Kit Corporation)

 date de sortie

00/11/2004

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Electronica / Le Kit Corporation / Tohu Bohu / Zéro Degré

 liens

Zéro Degré
Le Kit Corporation
Tohu Bohu

 autres disques récents
Garaliya
Ventricle Replicant
(Kvitnu)
Wil Bolton
Night Paths
(Hidden Vibes)
Haco
Qoosui
(Someone Good)
Marcus Fischer
Loss
(12k)

Nicolas Tochet, bassiste au sein de Melatonine, mène en parallèle un projet solo sous le nom de Zéro Degré. Un premier EP auto-produit en 2002, puis ce deuxième EP sorti par Le Kit Corp., agrémenté de quelques remixes pour parvenir à la durée d’un véritable album.
On profite ici de son prochain passage parisien pour revenir sur ce disque étrange et plein de qualités.

Etrange, tout simplement parce que divisé en deux partie distinctes, à commencer par les 8 titres de l’artiste pour 22 minutes, puis 35 minutes pour 5 remixes qui prennent le temps de se poser.
Commençons donc par Zéro Degré à proprement parlé. Mélange électronique et guitare, cassures rythmiques et voix murmurée, Nicolas Tochet est toujours sur la corde raide entre électronique expérimentale et post-rock mélancolique. On oscille ainsi sans cesse entre des expérimentations qui pourront s’avérer parfois un peu difficiles, une recherche d’abstraction, et des mélodies plus immédiates et fort réussies (Child ou ...). Assez régulièrement, l’artiste pose sa voix un peu à la manière de Yann Tambour au sein de Encre, comme un doux murmure racontant ses doutes et ses peines (Le réveil est difficile). On retiendra également N pour son original mélange d’une rythmique précise et minimale avec un piano, le travail rythmique de [1:09] nous rappelant Radian, ou ... pour ses fractures bruitistes.

Du côté des remixes aussi, on trouve de belles surprises, et certains feraient presque de l’ombre à Zéro Degré. Lunt par exemple met en avant une l’ondulante nappe de guitare et orgue de Le réveil est difficile sur une longue et lumineuse intro, avant de revenir à la formule guitare/basse/batterie de la version originale, en noyant un peu les voix. Tohu-Bohu ensuite s’amuse habilement avec les samples de voix d’enfant de Child et propose une version plus électronique tout en gardant l’esprit Zéro Degré avec bruitages électro-expérimentaux et belle mélodie de glockenspiel. KingKongWasACat compile deux morceaux, mais se contente un peu trop de creuser le sillon de Nicolas Tochet avant d’ajouter des textures bruitistes sur un final plus tendu. Sug[R]cane reprend Child et semble également inspiré par cette voix d’enfant à qui il inflige quelques mauvais traitements, puis une rythmique électronique assez soutenue fait son apparition sur un dense et répétitif magma sonore cachant un petit manque d’inspiration. Niveau répétitif, Dolibox s’y connaît avec une version tech-house du morceau-titre dont on se lasse assez vite.

Malgré une fin de disque un peu plus faible, Les Ecrans reste un très bon EP, et Zéro Degré un artiste à suivre.

Fabrice ALLARD
le 27/08/2005

À lire également

Zéro Degré
Des étoiles plein les yeux
(Le Kit Corporation, We Are Unique Records)
Tohu Bohu / Dr Geo
Patchwork
(Le Kit Corporation)
25/09/2017
Mélatonine
(Pop In)