The American Analog Set

Set Free

(Morr Music / La Baleine)

 date de sortie

05/09/2005

 genre

Rock

 style

Pop

 appréciation

 tags

Andrew Kenny / Morr Music / Pop / The American Analog Set / The Wooden Birds

 liens

The American Analog Set
Morr Music
The Wooden Birds

 autres disques récents
Western Edges
Prowess
(Sound in Silence)
Mis+Ress
Dispellers
(Sound in Silence)
Ex Confusion
I Remember When
(n5MD)
Deaf Center
Low Distance
(Sonic Pieces)

La sortie au début d’année sur le label berlinois du EP Home EP Vol. V partagé entre Benjamin Gibbard et Andrew Kenny le laissait présager : le nouvel album de The American Analog Set (la formation menée par le dernier nommé) paraît sur Morr Music (label avec lequel ils étaient déjà un peu liés, Styrofoam ayant signé des remixes de certains de leurs morceaux). Pour ce sixième véritable long-format, le groupe états-unien trouve donc refuge, après Emperor Jones et Tiger Style, sur une structure qui s’éloigne de plus en plus de ses débuts entièrement dévolus à l’electronica.

Troussant une pop joliment soignée (voix douce, section rythmique plutôt discrète avec notamment une batterie fréquemment jouée aux balais, guitare délicatement grattée et piano plaquant de profondes suites d’accords), The American Analog Set met constamment en avant une certaine mélancolie par l’intermédiaire d’arrangements (jamais agressifs, appelant souvent à l’émotion) au diapason du chant d’Andrew Kenny, mi-murmurant, mi-voilé. Si cette forme d’affectation peut parfois passer pour de la mièvrerie, il ne nous semble pas qu’il faille voir, ici, une quelconque posture, le groupe démontrant une réelle sincérité, d’album en album, à proposer cette pop ouatée.

Pour autant, on est heureux d’entendre la formation états-unienne élever un petit peu le tempo dans la seconde moitié du disque en saturant légèrement ses guitares (Play Hurt, The Green Green Grass, Fuck this… I’m leaving) afin de rompre un enchaînement de titres qui commençait à s’annoncer lénifiant. De la même manière, l’intégration d’un mélodica ((Theme from) Everything Else), le chant plus assuré de Kenny (First of Four) ou la superposition de deux six-cordes, l’une saturée et l’autre plus mélodique (Fuck this… I’m leaving), sont plutôt bienvenus et contribuent donc à rendre cette seconde partie d’album nettement plus convaincante que la première.

François Bousquet
le 12/09/2005

À lire également

Contriva
Separate Chambers
(Morr Music)
Orcas
Yearling
(Morr Music)
F.S. Blumm
Zweite Meer
(Morr Music)
It’s A Musical
The Music Makes Me Sick
(Morr Music)