Pulseprogramming

Tulsa for One Second Remix Project

(Aesthetics / Import)

 date de sortie

00/10/2005

 genre

Electronique

 style

Pop

 appréciation

 tags

Aesthetics / Barbara Morgenstern / Bernhard Fleischmann / Ghislain Poirier / Hood / Köhn / Laub / Nudge / Pop / Pulseprogramming / Schneider TM / Static / Sylvain Chauveau

 liens

Bernhard Fleischmann
Laub
Schneider TM
Static
Hood
Ghislain Poirier
Sylvain Chauveau
Barbara Morgenstern
Nudge
Aesthetics

 autres disques récents
Silent Vigils
Fieldem
(Home Normal)
Resina
Traces
(130701)
Ben Chatwin
Staccato Signals
(Village Green)
Boris Hauf
Clark
(Shameless Records)

Tulsa for One Second, deuxième album de Pulseprogramming, sortait il y a deux ans chez Aesthetics. Aujourd’hui sort la compilation de remixes des morceaux de cet album avec des invités de renom, chargés de donner leur propre version.

On retrouve assez logiquement la teinte de l’album qui alternait instrumentaux électroniques entre electronica et ambient, et une pop synthétique qui nous laissait perplexe. Les remixes, couvrent l’ensemble de l’album, et cette compilation connaît la même alternance de chants et instrumentaux.
On commencera par les chansons, avec Hood pour commencer, et donc une conversion de l’électronique aux guitares qui se fait sans problème, et sans surprise aussi. Static s’en sort très bien avec une reprise expérimentale et fine tout en gardant l’esprit de Pulseprogramming. Laub triture la musique du duo américain et la transforme en une électro-pop déglinguée et hachée. On ne sera par contre pas surpris de retrouver Schneider TM ici alors que l’on trouvait déjà à l’époque que Pulseprogramming faisait du Schneider TM. On passera vite sur l’électro-groovy sans intérêt de Sam Miller, pour s’attarder sur Other’s People Children et leur original Blessed Be The Remix à base de piano, basse saturée, grésillements et voix diluées. On terminera en beauté par Barbara Morgenstern qui réussit une version à la fois personnelle, intéressante, et efficace.

Face à ces 7 chansons, on trouve 7 instrumentaux, avec Sylvain Chauveau pour commencer, version néo-classique avec piano et cordes avant que l’électronique ne trouve petit à petit sa place. Après les grooves efficaces et crépitements de Pal:ndrom, Nudge nous propose l’un des meilleurs titre du disque avec un dub expérimental, syncopé et chaleureux. Dans un tout autre style, les Deviationists viennent nous taquiner avec un morceau très dansant, efficace, avec tics techno, mais aussi guitares, voix hachées, crépitements, soit tous les éléments pour danser "intelligent". On a toujours autant de mal avec Ghislain Poirier et son hip-hop 100% électro, expérimental et franc, et la fin de l’album restera plus difficile d’accès avec Köhn et ses ronronnements de laptops qui cachent quelques bleeps de la version originale, puis Bernhard Fleischmann qui lui aussi nous la joue presque bruitiste avec des sonorités saturées, souffles et grésillements.

Finalement notre impression est la même que celle que nous avait laissé l’album. De bonnes choses, aussi bien en chanson que dans les instrumentaux, mais certains cèdent parfois à la facilité, ou ne proposent rien de plus que les versions originales.

Fabrice ALLARD
le 02/10/2005

À lire également

29/10/2003
Pulseprogramming - (...)
(Guinguette Pirate)
08/07/2005
Siestes Electroniques
(Auditorium St Pierre (...))
V/A
Thrombose
(Thrombose Records)
13/11/2009
Nudge / Lotus Plaza (...)
(Espace B)