Alog

Catch That Totem !

(Melektronikk / Import)

 date de sortie

28/11/2005

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 tags

Alog / Electronica / Melektronikk / Phonophani

 liens

Alog
Phonophani
Melektronikk

 autres disques récents
Automatisme
Transit
(Constellation)
Glass Locus
Escapism
(Audiobulb)
The Eye Of Time
Myth II : A Need To Survive
(Denovali Records)

Après leur troisième album sorti en début d’année, Alog nous propose, en cette fin 2005, une compilation de raretés, inédits et morceaux à paraître prochainement (un disque sur le label allemand EN/OF est ainsi annoncé) composés entre 1998 et 2005.

Trois remixes sont en premier lieu présentés sur le disque (en vérité, les morceaux ne sont pas « classés » mais on choisit de les évoquer de manière regroupée). Celui des Italiens de Slow Motion (Song Sung Inwardly) œuvre dans la tonalité habituelle des Norvégiens quand ils font dans le tout-électronique (bribes de mélodies, triturations) tandis que les deux autres opèrent des relectures plus intéressantes. Remixant tout d’abord un morceau de Velma, Alog conserve une partie de la mélodie initiale (guitare, voix) et choisit de travailler sur la répétition (Catch that Totem !) ; pour le titre de Kim Hiorthøy, ils partent d’un message téléphonique laissé par ce dernier avant d’insérer rythmique et mélodie poppy (Hej, Vart Blev DetAv DAT’en, Kim ?). Reprenant un de leur propre titre, extrait de leur premier album, les Norvégiens en épure la structure pour un résultat plutôt agréable quoiqu’un peu long (Travel Lighter).

En ce qui concerne les morceaux originaux, il nous est tout d’abord proposé deux extraits d’un EP jamais sorti : Something like Islands of Memory et The Method. Développant une atmosphère alanguie (voix féminine rieuse, mélodie laid-back, rythmique non agressive, légers traitements synthétiques) mais non niaise (voir le travail sur la rythmique en tintement de The Method), ces deux titres font office de bonne respiration. Place ensuite aux trois extraits du futur disque sur EN/OF. Just Recording ressemble au début du dernier titre de Miniatures avec ces différents instruments et concours (un chœur d’enfant, le fidèle Nicolas H. Møllerhaug) intervenant un peu n’importe comment dans une sorte de free-folk pas forcément convaincant. Sunrise Tattoo et Tromsø sont plus classiques : le premier dans le tout-synthétique et le second accueillant une guitare acoustique jouant en accords grattés.

Restent enfin quatre morceaux extraits de compilations, de bande-son ou inédits. Theme from Toads serait presqu’une caricature de ce que peut faire Espen Sommer Eide avec Phonophani (timbre des notes utilisées, jeu sur la stéréo) si une batterie n’était pas mise en avant tandis que Dog Dive est assez anecdotique. Enfin, Beklager, Nicholas se veut sympathiquement bordelique (mélodie partant dans tous les sens, impression d’improvisation générale de l’instrumentation) et Walk the Earth plus mélancolique et torturé.

Si plusieurs titres sont donc réellement intéressants, d’autres donnent malheureusement véritablement l’impression de n’être rien de plus que des chutes de studio. C’est inévitablement le lot de telles compilations et celle-ci n’échappe pas à la règle. Dès lors, on lui préfèrera les albums des Norvégiens et on en conseillera l’acquisition au seul public très amateur du duo.

François Bousquet
le 05/01/2006

À lire également

Phonophani
S/t
(Rune Grammofon)
Alog
Amateur
(Rune Grammofon)
29/11/2003
Boréales Digitales 2003 :
(Centre d’Art Contemporain)
Phonophani
Kreken
(Rune Grammofon)