The Gentleman Losers

S/t

(Büro / La Baleine)

 date de sortie

22/05/2006

 genre

Rock

 style

Post-Rock

 appréciation

 tags

Büro / Post-Rock / The Gentleman Losers

 liens

 autres disques récents
Grouper
Grid of Points
(Kranky)
Kim Myhr
You | Me
(Hubro)
Nadia Struiwigh
WHRRu
(Denovali Records)
Serph
Aerialist
(Noble)

Sous-structure de City Centre Offices nouvellement créée, Büro nous offre, pour sa première sortie, le premier album sans-titre d’un duo finlandais : The Gentleman Losers. Si la destination de ce sous-label n’est pas encore clairement définie (il est prévu qu’il soit consacrée à des sorties plus « acoustiques », mais le présent disque aurait très bien pu sortir sur la maison-mère), ce long-format nous permet de faire connaissance avec un autre pan de la musique finlandaise (au-delà de l’electronica et du free-folk).

En effet, les deux frères Kuukka nous proposent un post-rock alangui où la guitare acoustique dialogue paisiblement avec des vents samplés (clarinette, hautbois), le tout structuré par une batterie électronique caressée de balais. La lecture des notes de pochette pouvait nous laisser craindre une musique désincarnée, les deux frères n’officiant qu’aux guitares et claviers, le reste étant samplé. Fort heureusement, il n’en est rien et c’est plutôt une atmosphère chaleureuse qui est ici installée à tel point que la musique de The Gentleman Losers appelle à l’évidence à la divagation et au laisser-aller.

Pas très éloignée par moments d’une dérive émolliente (le Glockenspiel et le climat général de Slow Guitars, les déliés de guitare de Laureline), la production des Finlandais sait toutefois s’en écarter quand le son de guitare est un peu plus durci et que des sonorités plus sombres sont convoquées (Horses of Instruction) ou que l’instrumentation se fait plus épurée (le morceau de clôture Weed Garden, son piano et sa nappe granuleuse). Se positionnant ainsi constamment sur cette ligne de partage (même au sein d’un morceau comme dans Silver Mountain où la guitare électrique et les cordes versent quelque peu dans la facilité tandis que la guitare acoustique tente de « perturber » l’ensemble ou dans Salt of the Sea où le gentillet Glockenspiel est tempéré par la rythmique électronique), The Gentleman Losers se risque donc à un exercice difficile et plutôt réussi globalement.

François Bousquet
le 27/05/2006

À lire également

Conjoint
A Few Empty Chairs
(Büro)
The Gentleman Losers
Permanently Midnight
(Grainy Records)
One Second Bridge
S/t
(Büro)
Fonoda
Eventually
(Büro)