radicalfashion

Odori

(Hefty / La Baleine)

 date de sortie

23/01/2007

 genre

Electronique

 style

Ambient / Electronica / Néo-Classique

 appréciation

 tags

Ambient / Carl Stone / Electronica / Hefty / Néo-Classique / radicalfashion

 liens

Carl Stone
Hefty
radicalfashion

 autres disques récents
Kryshe
March Of The Mysterious
(Serein)
Orchard
Serendipity
(Ici d’Ailleurs)
Kyoka
SH
(Raster-Noton)
eRikm
Doubse Hystérie
(Monotype Records)

Jeune Japonais, radicalfashion signe, sur Hefty (label décidément en net regain de forme, après l’album de Solo Andata paru l’an passé), son premier long-format piochant à la fois dans l’electronica, l’ambient et le néo-classique.

Du dernier, on retrouve ce piano solo très dépouillé, marque absolue de ce genre qui a fait de nombreux émules mais, ici, il est habilement entouré de sons micro-électroniques propres à travailler ses mélodies et à densifier un peu le propos. Précisément, sur deux morceaux, ces apports synthétiques sont l’œuvre de Carl Stone qui vient poser ses mini-larsens et triturations sur les nappes d’Hirohito Ihara, dépourvues, pour l’occasion de velléités mélodiques. Plutôt plaisant, le résultat ne se distingue toutefois pas énormément de ce qui peut se faire par ailleurs dans un style assez proche.
En revanche, quand mélodie de piano ou électronique et crépitements se mêlent, l’ensemble se fait plus convaincant comme sur le léger Ballet, sur Photo Dynasmo et sa voix féminine traitée ou sur le caudal Mask avec ses gouttes d’eau tombant sur de la tôle, judicieux contrepoint à la douceur du piano. Plus encore, Shousetsu, sommet du disque, débute par une petite rythmique semblable à un mécanisme d’horlogerie, rejointe ensuite par un son délicatement strident et des craquements puis par la mélodie de piano, hautement mélancolique et émouvante.

On obtient alors un album plutôt réussi, quoiqu’un peu court (dix titres et trente-deux minutes) et pas suffisamment différent de ce qui se fait déjà. On suivra toutefois la carrière de radicalfashion, artiste assurément intéressant.

François Bousquet
le 01/06/2007

À lire également

29/10/2017
Festival Soy #15 : (...)
(Musée d’Arts)
Telefon Tel Aviv
Fahrenheit Fair Enough
(Hefty)
Hypo
Coco Douleur
(Tsunami Addiction)
Solo Andata
Fyris Swan
(Hefty)