Route du Rock Hiver 2007 : Saroos / Sophia / Clinic

 date du concert

16/02/2007

 salle

Omnibus,
Saint-Malo

 tags

Clinic / Festival Route du Rock Hiver 2007 / Lali Puna / Omnibus / Saroos / Sophia / The Notwist

 liens

Lali Puna
Saroos
Clinic
Sophia
Festival Route du Rock Hiver 2007
Omnibus

 dans la même rubrique
06/05/2019
Yndi Halda / Staghorn
(Supersonic)
25/04/2019
Lali Puna / Surma
(Petit Bain)
31/03/2019
Piano Day 2019 : Émilie Levienaise-Farrouch
(Lafayette Anticipations)

Pour la deuxième année consécutive, Rock Tympans propose une édition hivernale au célèbre festival breton. Se déroulant dans les salles de concert de Saint Malo, la programmation se voit adaptée, avec des têtes d’affiche un peu plus confidentielles que lors des éditions estivales. La programmation est du coup plus dans nos cordes, plus proche aussi des concerts généralement proposés au Palais du Grand Large, plus pointue donc, et peut-être un peu plus électronique.

Le festival débute le vendredi soir à l’Omnibus, une salle apparemment récente, bien conçue, pouvant accueillir environ 1000 personnes. Elle ne sera pas pleine pour cette première soirée à la fréquentation tout à fait honorable pour une affiche qui commencera par nous faire découvrir les allemands de Saroos. On ne connaissait pas ce nouveau projet qui comporte toutefois des membres de The Notwist ou Lali Puna ce qui nous place en terrain un peu mieux balisé. Cela dit, Saroos est un peu plus aventureux que ces deux projets dont ils gardent l’électronique pour s’essayer au post-rock. Des allemands qui font du post-rock électronique, on en connait quelques uns (Tarwater, Kreidker, To Rococo Rot) et 8-9 ans après l’arrivée de cette première vague germanique, il va falloir compter avec Saroos. De par sa formation, le trio pourrait être comparé aux autrichiens de Radian. La comparaison ira même jusqu’au jeu de batterie, parfois très sophistiqué, sans atteindre toutefois le niveau des autrichiens, et sans systématisme. En effet Saroos est principalement axé sur le duo batterie-basse qui construit un charpente efficace à leurs morceaux. Quand la basse se fait un peu plus aigüe, on s’approche d’un très beau post-rock mélodique, tandis que l’électronique alterne entre accompagnement mélodique et intégration de bidouillages sonores en tout genre. Saroos s’avère être un projet à la fois séduisant et intéressant. Certes les fans de Radian risque de s’y ennuyer un peu, mais les amateurs de Tortoise peuvent y trouver là une nouvelle voie d’exploration, une porte d’entrée à une certaine scène allemande.

Après la bonne surprise que constituait Saroos, on enchaînera par la mauvaise surprise avec Sophia. On aimait bien Sophia que l’on a toujours connu comme le projet solo de Robin Proper-Sheppard, ancien chanteur de The God Machine. On s’était arrêté aux deux premiers albums sans trop savoir pourquoi, le temps et/ou le hasard semblant en avoir décidé ainsi. De son solo guitare-voix sombre et écorché vif, Sophia est passé à la pop orchestrale. On exagère à peine. Tout y est propre, soigné voire léché, le piano ajoute un cachet classieux, le tout venant gacher cette soit-disant noirceur. Non seulement on n’y crois plus, mais au bout de trois titres on trouvera même Sophia vraiment soporifique.

On quittera la salle bien remplie pour se désaltérer, prendre un peu l’air, et flâner du côté du merchandising. Les fans du festival profiteront des soldes sur l’intégralité des t-shirts et sweat "Route du Rock", et ceux qui n’ont pas laché Sophia complèteront leur discothèque. De notre côté on achètera l’album de Saroos afin de vérifier si la bonne surprise se concrétise sur disque.

De retour dans la salle, et voici Clinic sur scène. On les avait déjà vu à la Route du Rock, été 1999, mais on ne se souvenait pas d’une telle prestation. Déguisés en chirurgiens, les quatre anglais nous font penser aux Residents avec cette attitude arty. Musicalement, ils produisent un rock binaire à l’efficacité pop, chansons calibrées de 2’50" et mélodies répétitives accrocheuses. A voir abslument, ne serait-ce qu’une fois, s’ils passent près de chez vous.

Pour finir la soirée, The Blood Arm dont on n’écoutera que les premières mesures avant de quitter la salle. On arrivait là avec un a priori négatif que l’on ne cherchera même pas à contredire.

Fabrice ALLARD
le 10/06/2007

À lire également

17/02/2007
Route du Rock Hiver (...)
(Palais du Grand Large)
Lali Puna
Left Handed (Ep)
(Morr Music)
25/04/2019
Lali Puna / Surma
(Petit Bain)
10/08/2001
Route du Rock 2001 : (...)
(Fort de St Père)