The Dead Texan / Sparklehorse

 date du concert

07/06/2007

 salle

Botanique,
Bruxelles

 tags

Botanique / Sparklehorse / The Dead Texan

 liens

Sparklehorse
The Dead Texan
Botanique

Plus de deux ans après notre première rencontre bruxelloise avec Adam Wiltzie et sa comparse/complice Christina Vantzos, l’occasion se présentait de profiter à nouveau, dans le cadre plus "organisé" du Botanique, de leurs ambiances envoûtantes. On regrettera l’absence, à ce jour, de successeur au formidable premier album éponyme de ce qui est aujourd’hui clairement un duo ; mais l’on se satisfera pleinement de la profonde beauté permanente des climats qu’ils construisent, en dépit d’un son mal réglé et d’un souffle-sifflement très présent en arrière-plan et passablement perturbateur.

Adam à droite, Christina à gauche, alternent plages ambient denses et prégnantes et morceaux plus pop orientés autour d’une guitare, de claviers et d’un xylophone. A certains morceaux de l’album s’ajoutent de nouvelles compositions, principalement de ce second genre, témoignant peut-être d’une évolution dans la direction musicale du duo. On avouera préférer les pièces plus atmosphériques, puissamment évocatrices, amples et sereines. Au contraire d’une partie de l’assistance, au demeurant clairsemée, qui sembla décontenancée par la coloration très calme de certaines nappes - après tout, Adam demeure la moitié de Stars of the Lid...

Après 20 minutes de pause, Mark Linkous fait son entrée, cheveux longs en bataille et lunettes imposantes, immédiatement rejoint par Christina Vantzos puis par Adam Wiltzie, ce à quoi nous ne nous attendions pas. C’est donc en osmose avec The Dead Texan que se produira l’auteur du récent Dreamt for Light Years in the Belly of a Mountain. Le public s’est à présent rassemblé en nombre pour savourer le songwriting délicat, teinté d’un blues postmoderne poisseux, du résident de Virginie.

En un peu plus d’une heure, le trio nous proposera une quinzaine de morceaux, dont plusieurs issus des deux premiers albums Vivadixiesubmarinetransmissionplot et Good Morning Spider, parmi lesquels on épinglera en particulier Paintbirds, Weird Sisters, Heart of Darkness, Hundreds of Sparrows ou Spirit Ditch. Sur des projections plus sobres et moins imaginatives que celles, impeccables, de The Dead Texan, mais néanmoins tout aussi pertinentes, nous serons emportés en voyage au fin fond d’un bar enfumé dans une improbable ville paumée, nous abandonnant délicieusement aux rauques psaumes d’un conteur attachant, incontestablement habité par son univers.

Gilles Genicot
le 09/06/2007

À lire également

The Dead Texan
S/t
(Kranky)
10/01/2005
The Dead texan
(Librairie Citizen George)