Stars Of The Lid

And Their Refinement of the Decline

(Kranky / Southern)

 date de sortie

02/04/2007

 genre

Rock

 style

Ambient

 appréciation

 écouter

Apreludes (in C Sharp Major) (MP3 complet)

 tags

Adam Wiltzie / Ambient / Brian McBride / Kranky / Stars of the Lid

 liens

Kranky

 autres disques récents
Lorenzo Balloni
創生の最果て
(Murmur Records)
RX-101
Like Yesterday
(Suction Records)
Sevenism
Saline Celestial
(Naviar Records)
Nonturn
Territory
(Audiobulb)

Attendu de longue date, surtout après les deux très beaux albums de ses deux membres (celui d’Adam Wiltzie sous le pseudonyme The Dead Texan et When the Detail lost its Freedom de Brian McBride), le septième album de Stars Of The Lid se présente, comme son prédécesseur, sous la forme d’un ample double CD (une heure sur chaque disque).

Toujours adeptes d’une ambient soyeuse au sein de laquelle ils procèdent par variation de l’intensité de leurs nappes, les deux musiciens n’ont que peu de concurrents dans cette capacité à faire naître une émotion réelle à partir d’un matériau aussi rudimentaire et aussi peu attrayant de prime abord (Articulate Sciences). Souvent enveloppantes, les textures de Stars Of The Lid peuvent également se faire plus délicates, comme dentelées, lorsqu’elles se parent d’une touche de luminosité (Don’t Bother They’re Here). Mettant par moments en avant les cuivres intervenant sur le disque (clarinette, cornet à pistons, trompette), les musiciens densifient leurs nappes en apportant une dose de chaleur et d’« humanité » à leurs textures de synthé (The Daughters Of Quiet Minds). Pareillement, quand harpe et violoncelle sont mis en exergue, ils viennent aussi s’intégrer sans heurts à l’agrégat préexistant (Even If You’re Never Awake (Deuxième), Tippy’s Demise, December Hunting For Vegetarian Fuckface). Car, et c’est là toute la force de Wiltzie et McBride, ces différentes interventions, bien que l’œuvre de musiciens « extérieurs » (états-uniens mais aussi européens), n’apparaissent pas comme des soli de « guest stars » mais comme des éléments supplémentaires à l’édification d’un monument sonore de toute beauté.

De même, et à la différence de nombre de disques néo-classiques, l’apport d’un piano détaché se fait sereinement, sans prendre une pose un peu chic, immergé qu’est l’instrument au milieu d’un ensemble qui pourrait très bien tenir sans lui (A Meaningful Moment Through A Meaning(less) Process, Humectez La Mouture). Dès lors, difficile de reprocher au duo états-unien de ne pas proposer quelque chose de foncièrement différent de ce qu’ils font depuis une douzaine d’années, ni de trouver ce double album trop long et trop homogène. En effet, autant le premier disque offre certes nombre de nappes en flux et reflux (pour lesquelles l’écoute au casque est vivement recommandée afin de pleinement profiter de la musique de Stars Of The Lid et de s’en laisser imprégner), autant le second brille par son aptitude à ne pas se reposer entièrement sur celles-ci. Bref, voici de quoi passer deux sublimes heures un peu hors du temps.

François Bousquet
le 07/07/2007

À lire également

Grouper
The Man Who Died In His Boat
(Kranky)
Loscil
Plume
(Kranky)
Christina Vantzou
N° 1
(Kranky)
Lichens
The Psychic Nature of Being
(Kranky)