Jasper TX

A Darkness

(Lidar)

 date de sortie

15/03/2007

 genre

Electronique

 style

Ambient / Post-Rock

 appréciation

 écouter

3 MP3 (extraits)

 tags

Ambient / Jasper TX / Lidar / Post-Rock

 liens

Jasper TX
Lidar

 autres disques récents
Miwon
Jigsawtooth
(n5MD)
Teknomom
La Marche des Arthropodes
(Le Turc Mécanique)
Billow Observatory
II : Plains/Patterns
(Azure Vista Records)
High Plains
Cinderland
(Kranky)

On parlait il y a quelques jours de Vintermusic, collaboration entre Jasper TX et Machinefabriek, voici le deuxième album du suédois Dag Rosenqvist, récemment sorti sur un nouveau label allemand.

Ceux qui connaissent déjà le travail de Jasper TX ne seront pas dépaysés. Tous les éléments qui ont pu faire le succès de son premier album sont convoqués sur ce deuxième opus qui confirme donc la voie choisie. Quelque part entre post-rock et ambient, cette dernière composante restant à notre sens la dominante, Dag Rosenqvist a tendance à fuir la facilité en intégrant des éléments qui d’une part ne sont pas accrocheurs, mais qui peuvent même rendre l’écoute difficile. Ainsi l’intro de Better Days to Come laisse à penser que le Suédois a changé de registre. Mais après ces bruitages/field recordings, la guitare, alanguie et claire, prend le relais en plusieurs couches, doublée de quelques tintements. On retrouve alors ce post-rock ambient ultra-mélancolique et sombre, comme le laissait supposer le titre de l’album.
L’artiste joue beaucoup sur le contraste entre ses field recordings, souvent durs, agressifs, et une musique apaisante, comme si celle-ci était un moyen de rendre la vie, le quotidien, plus facile. Destroy Detroit débute ainsi par un souffle grave, déformé, saturé, on se croirait dans un avion, puis une voix tourne en boucle, comme issue d’un haut-parleur. La musique enchaîne alors, guitares limpides, accompagnements de clavier, pour un titre presque lumineux.

Si naturellement, la musique de Jasper TX invite à la rêverie, l’effet d’écho apporté aux notes de Winter/Midnight/Suicide frise l’hypnotisme. L’instrumentation est ici plus riche, les notes de guitares sont variées, un mélodica sert l’accompagnement, et comme pour sa collaboration avec Machinefabriek, l’apparition d’éléments rythmiques relève joliment le tout.
Deux titres un peu particuliers enfin puisque d’une durée de 14 et 21mn. Jasper TX prend ici le temps d’expérimenter, les bruitages électroniques sont très présents, donnant l’impression de "s’amuser" avec son micro qu’il passerait sur divers objets, sur fond de drones inquiétants, crépitements, grincements lointains d’un portail, et quand les instruments acoustiques prennent le relais, c’est par des micro notes de piano et cordes, comme des cliquetis de gouttes d’eau qui dégringolent, sans recherche mélodique particulière, se rapprochant ainsi de la musique contemporaine. Sur Some Things Broken, Some Things Lost, son travail est beaucoup plus classique, alternant expérimentations à base de field recordings, strates de guitares soyeuses et textures granuleuses.

Le genre d’album dans lequel on prend plaisir à se laisser aller. Envoûtant, A Darkness devrait ravir les fans de la première heure et séduire tout fan d’ambient électronique.

Fabrice ALLARD
le 27/07/2007

À lire également

From The Mouth Of The Sun
Woven Tide
(Experimedia)
26/04/2012
Jasper TX / :Take :
(Espace B)
Bersarin Quartett
S/t
(Lidar)