Kotra & Zavoloka

Wag The Swing

(Kvitnu / Import)

 date de sortie

25/12/2006

 genre

Electronique

 style

Contemporain / Expérimental / Electroacoustique

 appréciation

 écouter

2 MP3 (complets)

 tags

Contemporain / Electroacoustique / Expérimental / Kotra / Kvitnu / Zavoloka

 liens

Kotra
Zavoloka
Kvitnu

 autres disques récents
Dessin Bizarre
Open Your Eyes
(Fluttery Records)
Massimo Ruberti
Armstrong
(Nostress Netlabel)
Janek Schaefer
Glitter In My Tears
(Room40)

Kotra et Zavoloka sont deux artistes que l’on connaissait pour leurs sorties sur le label ukrainien Nexsound. Afin de multiplier la sortie de productions locales, Kotra (Dmytro Fedorenko) a décidé de créer son propre label qui voit ici sa première sortie. Déjà fidèle à Nexsound, un label éclectique d’une qualité régulière, c’est assez serein que l’on aborde cette première sortie, mais curieux du mélange qui pouvait naître de la fusion entre ces deux artistes. Kotra est plutôt orienté sur l’électronique bruitiste, tandis que l’on a déjà parlé ici de Zavoloka et de son électro-pop à la fois déviante et touchante.

Étonnamment, c’est une guitare lancinante qui débute l’album sur Out of Nowhere. Sortie de nul part effectivement, elle subit divers traitements afin d’être dédoublée et syncopée. Rythmique sourde et grésillante, mélodie cristalline, on est en pleine electronica mélodique, sophistiquée, tordue, pleine de charme. C’est après que les choses se compliquent. En effet le reste de l’album est assez représentatif de la complexité qui pouvait naître du mélange de ces deux artistes. Kotra semble avoir mis de côté sa composante bruitiste, et se retrouve à la basse, instrument omniprésent sur cet album. Zavoloka quant à elle ne garde que l’aspect déviant de son électro-pop. On navigue alors en pleine abstraction, avec force collages, samples syncopés jusqu’à l’overdose, abstractions synthétiques, minimalisme ludique et naïf (Swing You, Swing Me), crissements, sifflements.

Composé de 24 pistes, l’album est plus à voir comme une compilation de vignettes expérimentales dont l’abstraction extrême n’en réservera l’écoute qu’aux plus aguerris au genre. A la rigueur, on peut retrouver ici, poussé à l’extrême, la construction des morceaux de Zavoloka qui semble partir un peu dans tous les sens en intégrant suffisamment d’éléments connus et/ou accrocheurs (une mélodie, une séquence rythmique) pour garder l’attention de l’auditeur. Ceux qui écouteront Wag The Swing dans son intégralité seront les adeptes de musique contemporaine électro-acoustique, de free jazz (Moonlight in Mirror reste très électronique mais construit dans un style très free rappelant une séance d’impro acoustique), ou plus simplement de curiosités musicales.
Parfois, nos deux expérimentateurs semblent faire une pause en produisant presque un tube puisque après le titre d’ouverture, on trouve les nappes imprévisibles et les guitares ludiques de Analogue Tender, et le très beau Moments of Springroove à la mélodie de guitare répétitive et hésitante sur une rythmique sourde et grésillante.
En guise de signature, la voix de Zavoloka et une texture bruitiste de Kotra sur Wag The Puppy.

Wag the Swing est un album difficile. Difficile à appréhender, difficile d’écoute, inclassable et même difficilement recommandable aux fans de Kotra ou Zavoloka. Avec cet album les deux artistes ont essayé de créer quelque chose d’autre, et cet album devra trouver son propre public.

Fabrice ALLARD
le 14/09/2007

À lire également

Plaster
Zyprex 500
(Kvitnu)
V/A
Thrombose
(Thrombose Records)
08/03/2015
Présences Electronique
(Le 104)
Kotra
Reset
(Kvitnu)