Hrvatski - Greg Davis

 date du concert

09/06/2002

 salle

Project 101,
Paris

 tags

Greg Davis / Hrvatski / Keith Fullerton Whitman / Project 101

 liens

Greg Davis
Keith Fullerton Whitman
Project 101

 dans la même rubrique

Soirée surprise à Paris au milieu de la tournée de Greg Davis et Hrvatski, dont toutes les dates étaient fixées sauf celle de la capitale. C’est finalement au Project 101 qu’ils se sont produit, l’occasion pour nous de découvrir en une seule fois deux artistes et une salle de concert.
En fait le terme ’salle de concert’ convient assez mal. Cela tient plus du concert privé : on rentre dans un petit hall qui fait office de caisse, puis on descend des escaliers qui mènent à ce qui devait être les caves de cet immeuble de la rue de La Rochefoucauld. En bas, deux petits salons sobrement aménagés sans un style très moderne, design, lumière tamisée et projections sur les murs.
On nous invite à faire comme chez nous, on se sert un verre, et pendant ce temps un DJ nous passe de la musique derrière ce qui pourrait servir de bar mais qui fait ici office de cabine de DJ. C’est là que se dérouleront les concerts, facilités de nos jours par la légèreté et la mobilité des ordinateurs portables.

C’est Greg Davis qui débute tandis qu’une partie du public s’affaire autour de lui. Il commence par une musique assez étrange, faite d’une multitude de petits sons qui mis ensemble créent une ambiance et nous donne l’impression de pénétrer dans un univers nouveau, inconnu, mais extrêmement riche, avec une multitude de choses à voir. Puis une mélodie à la guitare fait son apparition et prend le dessus, toujours accompagnée de ces bruitages. Greg Davis mélange alors éléments connus et inconnus, créant un territoire à la fois balisé, et une porte d’entrée sur une expérimentation plus difficile d’accès.
Peu de morceaux lors de ce concert, mais de longue durée, nous laissant découvrir ces territoires vastes et apaisants, les mélodies disparaissant petit à petit au profit des bruitages avant qu’un nouveau morceau s’enchaîne avec une autre mélodie, une boucle, abandonnant parfois la guitare pour des sonorités plus électroniques.
Après environ 40 minutes on sort de ce rêve éveillé, émerveillé.

Ce n’est pas que la musique de Greg Davis soit sérieuse, mais avec Hrvatski nous aurons affaire à une musique plus ludique, foutraque. Avant de commencer son set il essayera de la décrire comme un mélange de bruits, de folk et d’amusement. Un membre du public parlera alors de ’fun noise’ que l’américain approuvera.
Comme son prédécesseur, de nombreux petits bruits en guise d’introduction, mais cela évolue rapidement. Une nappe sourde englobe le tout puis plus rien. Une rythmique déjantée prend le relais, quelques sonorités en sourdine nous donnent l’impression d’être dans un tunnel sur ce titre oppressant.
Puis on sort de là avec un petit morceau léger et sautillant avant de plonger dans un standard du rock américain avec guitare bien grasse et batterie, le tout accompagné d’un orgue.
Pendant plus de 40 minutes Hrvatski n’arrêtera pas de nous surprendre, passant d’un genre à un autre de façon déconcertante, avec plein d’humour, mais avec peut-être pour point commun l’évocation de nombreuses choses connues, des histoires et des ambiances qui nous font penser à la bande son d’un film. Apparaissent aussi toute sorte d’influences culturelles, d’un pays, de la télévision, des jeux vidéos.
Malgré ce melting pot particulièrement dense, c’est avec un long morceau ambient qu’il terminera ce concert, comme pour nous sortir calmement de son univers perturbé.

Fabrice ALLARD
le 25/06/2002

À lire également

Greg Davis / Steven Hess
Decisions
(Longbox Recordings)
06/04/2013
Présences Electronique
(Le 104)
16/04/2004
Festival Avril.Dot : (...)
(Confluences)
16/07/2015
Akousma à Lanaudière (...)
(Musée d’Art de Joliette)