Soirée Ronda : eRikM + Akosh S. / Sun Plexus / Melmac / Arnaud Rivière

 date du concert

05/04/2008

 salle

Instants Chavirés,
Montreuil

 tags

Akosh S. / Arnaud Rivière / eRikm / Instants Chavirés / Melmac / Ronda / Sun Plexus

 liens

Melmac
eRikm
Sun Plexus
Ronda
Instants Chavirés
Arnaud Rivière
Akosh S.

 dans la même rubrique
09/03/2017
Benoît Pioulard / Fragments
(Supersonic)
08/03/2017
Svarte Greiner
(Salon de Musique)
04/03/2017
Domotic
(Médiathèque Musicale de Paris)

Le label parisien Ronda organisait une tournée en ce début avril qui s’ouvrait avec cette première date aux Instants Chavirés. C’était l’occasion pour nous de revoir Melmac que l’on n’avait pas vu depuis un petit moment, ainsi qu’eRikM que l’on apprécie tout particulièrement.

On remarquera tout d’abord que le public est venu en nombre puisqu’une longue file patiente à l’entrée de la salle lorsque nous arrivons sur les lieux. A l’intérieur également, de nombreux spectateurs attendent autour d’une table recouverte d’un voile noire. C’est Arnaud Rivière qui prendra place à cette table un peu plus tard. On le découvrait il y a un mois au sein du trio Coupe Coupe lors du festival Antenna, mais il se produit cette fois en solo avec micro capteur, platine détraquée et divers objets métalliques. C’est intense, dense, mais surtout bruitiste, construit si l’on peut dire comme un set free jazz, avec ses cassures, silences, et grandes envolées de saturations et larsens. Une musique à la fois vivante et violente, et un artiste que l’on appréciera de voir jouer en solo pour ce type de set alors qu’il se produisait à la batterie au sein de Coupe Coupe.

Le temps de libérer la place au milieu de la salle, et c’est au tour de Melmac, soit les deux frères Reverter que l’on avait plaisir à retrouver sur scène. On est très agréablement surpris par l’introduction qui semble marquer une nette évolution par rapport aux influences post-rock de leurs débuts. On se situe plus ici au niveau du bidouillage sonore, triturage de sons aux pédales d’effet, sculpture de paysages sonore, ambient un peu perturbée. Et puis les guitares finissent par arriver doucement, d’abord mélodiques. Et tout à coup c’est la panique. Une guitare ne fonctionne plus, et pendant un instant qui semblera durer une éternité, le duo Melmac est réduit à l’état de solo, Luc alternant entre sampler et guitare pour combler le manque. Problème résolu, le duo se rattrappe, les guitares jouent de concert, lentes montées typiques d’un certain post-rock, plus ou moins maîtrisées. On restait en fin de concert en attente de quelque chose. Un set en demie teinte donc, avec un groupe que l’on préfère voir expérimenter. Après le concert on ira voir du côté du stand disques et on achètera leur dernier album qui s’avère être une excellente surprise avec justement un excellent morceau de 30 minutes.

On n’est pas forcément les mieux à même de parler de Sun Plexus, une formation assez éloignée de notre culture musicale, mais on avait bien aimé leurs prestations assez proches d’une musique concrète, faite de collages d’enregistrements, comme on a pu les voir aux Voûtes ou au Project 101. Bloqué en fond de salle, on ne voyait que très mal ce qui se passait sur scène, mais musicalement c’était bien le groupe rock qui était là devant un public globalement acquis à leur cause. Il était d’ailleurs assez amusant lors de cette soirée finalement très éclectique de voir les spectateurs s’approcher de la scène pour voir les artistes pour lesquels ils faisaient le déplacement et rester en retrait pour les autres. On aura un peu de mal avec une entrée en matière radicale, rock brut, limite bruitiste, puis le groupe semblera se calmer un peu, notamment en jouant des titres plus facile d’accès, aux mélodies plus présentes. A réserver aux rockeurs, aux vrais !!

Ca sera alors à notre tour de nous presser devant la scène afin de se préparer au concert d’eRikM et Akosh S. On ne présentera pas le premier que nos lecteurs doivent déjà connaître, Akosh S. quant à lui est un habitué des Instants Chavirés, saxophoniste improvisateur que l’on connaissait déjà pour sa formation Akosh S. Unit. eRikM débute seul et de manière très abrupte et dense. Son champ d’expérimentation étant assez large, on ne savait quelle orientation il allait prendre, mais c’est logiquement ce style free qui l’emporte ici, mettant les deux artistes sur un même pied d’égalité. Virtuose des platines n’est pas trahir la réalité, tant eRikM fait preuve de facilité, en jouant même parfois un peu. Le set sera finalement assez varié, Akosh semblant être le plus à même de ponctuer le set, présent avec parcimonie, lançant une longue et dense mélodie abstraite, puis se mettant en retrait. On aura un joli duo quand eRikM semblera jouer du saxophone (samplé en direct) du bout du doigt sur ses Kaoss Pad, ou quand il arrêtera de jouer, les yeux dans le vague pour écouter Akosh S. Deux grands artistes, un set excitant de bout en bout, à voir.

Fabrice ALLARD
le 14/04/2008

À lire également

04/03/2005
Jérôme Noetinger + Erik
(Théâtre Arsenic)
15/12/2015
eRikm + Martin Brandlmayr
(Instants Chavirés)
07/07/2015
Melmac
(Pop In)
eRikm / Günter Müller / Toshimaru Nakamura
Why Not Béchamel
(For 4 Ears)