Acetate Zero

Civilize the Satanists

(Arbouse Recordings / Anticraft)

 date de sortie

00/12/2007

 genre

Rock

 style

Post-Rock / Slowcore

 appréciation

 tags

Acetate Zero / Arbouse Recordings / Post-Rock / Slowcore

 liens

Acetate Zero
Arbouse Recordings
Anticraft

 autres disques récents
Crisopa
Transhumante
(Sound in Silence)
Celer
Akagi
(Two Acorns)
Bauri
Vinkelvolten (EP)
(FireScope Records)
Pinkcourtesyphone & Gwyneth Wentink
Elision
(Farmacia901)

Bien qu’on n’ait plus évoqué Acetate Zero dans ces pages « disques » depuis fin 2004, le groupe français n’en est pas moins resté inactif : 12” sur Claire’s Echo (sous-label de la structure principalement dédiée au shoegazing, Clairecords), CDr de live et raretés et 8” ultra-limité (dont on retrouve les quatre titres ici). À l’occasion de la sortie de leur nouvel album studio, on reprend donc le fil de l’évocation de la formation parisienne.

Très peu dépaysés par le Definition of Fall mis en ouverture puisqu’il s’agit là d’un classique de leurs concerts et d’un vieux titre réenregistré pour l’occasion, nous abordons les titres suivants en se demandant quelles surprises Acetate Zero va pouvoir nous réserver, en connaisseurs de la musique et réguliers de leurs concerts. Peut-être un peu plus de saturations dans les guitares, histoire de renforcer leur caractère métallique et tranchant (Icecap Decline), peut-être ce léger filet de voix masculin peu habituel chez eux (Sure To Vanish), peut-être ce piano tourmenté (Desert Fileds On Fire), peut-être cette capacité à passer d’une inclinaison pop à un final plus nerveux (Vanity Mirror) ou à proposer un morceau d’onze minutes dans lequel chaque instrument peut s’épancher sans heurts (One To Count Cadence) ? Quelques éléments donc, mais assez peu au final, sur la durée d’un album.

Mais après tout, on n’a cure que le groupe ne se révolutionne pas à chaque sortie, tellement leur sadcore est maîtrisé, leur propension à alterner morceaux puissamment mélancoliques et titres dans lesquels l’électricité se déchaîne de manière quasi-gratuite développée et leur son de guitare ciselé. Dès lors, rien de mieux que de se plonger à nouveau dans Civilize the Satanists et plus largement dans toute la discographie d’une formation intègre, sincère et particulièrement douée.

François Bousquet
le 20/04/2008

À lire également

Acetate Zero
Hesitation Blues
(Arbouse Recordings)
Audioroom
Seismograph
(Arbouse Recordings)
Acetate Zero
Ground Altitude
(Arbouse Recordings)
SchneiderTM / Alc Levora
Normes et Déviances #1
(Arbouse Recordings)