Twine

Violets

(Ghostly International / Import)

 date de sortie

16/06/2008

 genre

Electronique

 style

Ambient / Electronica / Minimal

 appréciation

 écouter

Disconnected (MP3 complet)

 tags

Ambient / Electronica / Ghostly International / Minimal / Twine

 liens

Twine
Ghostly International

 autres disques récents
Medard Fischer
Lucky You
(Hidden Shoal Recordings)
Kenneth Knudsen & Oliver Hoiness
November Tango
(Stunt Records)
Daisuke Miyatani
Diario
(Schole)

Suivi de près il y a quelques années, quand le duo opérait sur le label marseillais BiP_HOp, on avait laissé Twine quelque peu de côté depuis, alors que les États-uniens continuaient à sortir album et EP. C’est donc avec le sentiment de retrouver une formation légèrement oubliée que l’on pénètre dans Violets.

Les débuts de celui-ci nous font alors immédiatement regretter ce laps de temps écoulé, séduits que nous sommes par Small (petit arpège de guitare digitalisée sur fond de crépitements et grésillements), ‘Endormie’ et In Through Devices (electronica alanguie et spoken word, en français d’Alison Shaw des Cranes dans le premier nommé, en anglais de Shelley Gracon et d’un des membres de Twine dans le second). On retrouvera ce caractère évanescent plus loin (Disconnected, Lightrain) mais mêlé cette fois-ci à des consonances électroniques plus affirmées pour un résultat plus spectral, voire plus inquiétant. Quittant alors les terres de la stricte electronica, le duo s’aventure vers des rivages davantage post-pop (à l’image de ce que peuvent proposer certaines formations 4AD) parsemés d’hululements fantomatiques, d’obscurs accords de guitare (le morceau-titre) ou de notes éparses comme égarées (Halo).

Cette sombre densité permet à la musique du duo de Baltimore d’apparaître comme véritablement incarnée, bien que principalement réalisée à partir d’éléments synthétiques, sans pour autant, grâce à quelques lumineuses interventions de guitare, verser dans une noirceur ténébreuse et dépressive. Si l’album nous semble peut-être un rien trop long (une petite heure avec notamment quatre morceaux avoisinant ou dépassant les sept minutes), il n’en demeure pas moins un voyage tout aussi intéressant qu’intriguant.

François Bousquet
le 06/07/2008

À lire également

Cepia
Pearl (EP)
(Ghostly International)
The Sight Below
It All Falls Apart
(Ghostly International)
Mary Lattimore
Collected Pieces
(Ghostly International)
Lusine
A Certain Distance
(Ghostly International)