@c & Vitor Joaquim

de-tour

(Feld Records / Metamkine)

 date de sortie

00/10/2007

 genre

Electronique

 style

Drone / Expérimental / Glitch / Improvisation

 appréciation

 tags

@C / Drone / Expérimental / Feld Records / Glitch / Harald Sack Ziegler / Improvisation / Pure / Vitor Joaquim

 liens

Pure
Harald Sack Ziegler
@C
Vitor Joaquim
Feld Records

 autres disques récents
Western Edges
Prowess
(Sound in Silence)
Mis+Ress
Dispellers
(Sound in Silence)
Ex Confusion
I Remember When
(n5MD)
Deaf Center
Low Distance
(Sonic Pieces)

Voici une collaboration entre des artistes dont nous avons déjà pu parler séparément sur ces pages. @C tout d’abord est un duo portugais composé de Pedro Tudela et Miguel Carvalhais, ces deux hommes étant également les fondateurs du label Crónica Electronica. C’est justement chez Crónica que l’on avait croisé Vitor Joaquim qui collabore depuis quelques années déjà avec @C. Il s’agit là pourtant officiellement de leur première sortie conjointe.

De-tour fait suite à une tournée commune de @C et Vitor Joaquim en Allemagne, durant laquelle ils jouaient chacun leur set et terminaient parfois par un troisième set, tous ensemble, parfois même avec quelques invités. C’est aussi durant cette tournée, en 2005, qu’ils rencontrent Bernhard Schreiner, boss du label Feld, ce dernier leur faisant part de son intérêt pour leur travail. C’est ainsi qu’une fois rentrés chez eux, ils ont repris leurs enregistrements de cette tournée, les ont découpés, recollés, et traités à l’aide de l’électronique. La musique de @C et Vitor Joaquim étant en grande partie improvisée lors de leurs concerts, De-tour garde la spontanéité de ces performances tout en leur apportant une certaine construction.
L’album est construit selon une lente évolution, débutant par les morceaux les plus free et ajoutant petit à petit des éléments de plus en plus structurants. Ainsi De-tour s’ouvre par une Ouvertüre particulièrement free à base de micro bruitages acoustiques, basses sourdes, borborygmes électroniques pour finir par une longue résonance de bol tibétain. On continue avec Stuttgart qui garde cet esprit live improvisé avec papier aluminium froissé, drones, les grincements du violoncelle de Fried Dähn, et petit à petit une lourde rythmique vient donner la cadence et apporte une certaine rigueur qui contraste avec l’aspect bariolé de l’improvisation. On retrouvera ce type de travail sur Leipzig Zwei avec un son nettement plus électronique, et une construction sous forme de lente montée vers une texture bruitiste.
À côté de cette première moitié d’album, les deux derniers titres de 9 et 14 minutes font, malgré leur durée, figure de tubes avec l’apparition de mélodies. Mélodies complexes, subtiles, étrange même quand celle-ci semble prise dans un tourbillon, déformée, donnant l’impression d’être jouée à l’archet avant de se rendre compte qu’il s’agit d’un cor joué par Harald Sack Ziegler sur Köln. Un peu plus facile, c’est un chant à consonance orientale que l’on devine en fond sonore de Lissabon, comme diffusé sur un vieux poste radio, et martelé de basses percutantes. On retrouve ici Pure que l’on devinera responsable de la lente montée bruitiste se terminant cut up pour ne laisser à entendre que la résonance limpide d’un bol tibétain. Sublime !

Autant l’écoute sur CD d’enregistrement live de musique improvisée peut se révéler ardu ou ennuyeux, autant ce travail de recomposition se révèle merveilleux. À la fois improvisation et composition, musique concrète et field recordings, acoustique et électronique, De-tour est un magnifique travail d’expérimentation sensible.

Fabrice ALLARD
le 27/07/2008

À lire également

Carl Michael Von Hausswolff
Topophonic Models
(Feld Records)
Sack & Blumm
Kind Kind
(Staubgold)
12/03/2019
Sulfure Festival 2019 :
(Vent Se Lève)
Pure
Noonbugs
(Mego)