Romakid

s/t

(Distant Noise Records / Import)

 date de sortie

21/07/2008

 genre

Rock

 style

Electro / Psyché Rock

 appréciation

 tags

Distant Noise Records / Electro / Psyché Rock / Romakid

 liens

Distant Noise Records
Romakid

 autres disques récents
Arovane + Porya Hatami
C.H.R.O.N.O.S.
(Karl Records)
Tomoyoshi Date + Stijn Hüwels
Hochu-Ekki-Tou
(Home Normal)
Proem
Until Here For Years
(n5MD)
Maps And Diagrams
Azurescens
(Handstitched* Recordings)

Formé par deux membres du bon groupe shoegazer Heliconia, le trio Romakid nous propose son premier album, après un EP paru en 2004 sur Isolation Recordings. À côté des sorties électroniques ou ambient que nous avait proposé Distant Noise Records jusqu’à présent, cet album, plus orienté vers une dimension rock, cependant mâtinée d’une bonne touche électro.

Ainsi les différentes chansons qui constituent le disque mettent-elles aux prises aussi bien guitares et chant (parfois œuvre des invitées Katharine Tustain et N. Palmer) que sonorités plus synthétiques aux consonances peut-être un peu trop datées, à l’image de cette batterie électronique qui fait vite petite chose. Au fil des morceaux, on ose espérer que la batterie va redoubler, que les guitares vont se faire plus lyriques ou plus saturées, que les synthés vont aller jusqu’à se perdre dans des circonvolutions aériennes, bref que quelque chose va se passer. Mais las, rien n’y fait !

Histoire de rompre quelque peu le déroulé plan-plan vers lequel se dirigeait le disque, un remix d’un titre de Moth (projet électronique de Michael Tickner, l’un des membres de Romakid) est proposé en milieu d’album. Pourtant, bien difficile de faire le départ entre ce titre, retravaillé par le trio, et les morceaux composés par ces trois mêmes jeunes gens : même rythmique systématique, même sensation de ronronnement rapidement éprouvée, même carence d’éléments capables de faire décoller le morceau à un moment ou à un autre, seule l’absence de chant affirmé diffère. Il en résulte donc un album plus qu’anecdotique, se déroulant certes sans honte mais dont il ne reste néanmoins rien du tout à la sortie.

François Bousquet
le 18/08/2008

À lire également

Lightsway
Summer Interlude
(Distant Noise Records)
Schengen
Ce Gil
(Distant Noise Records)
Jessica Bailiff
Since Always EP
(Distant Noise Records)
The Static Silence
Found
(Distant Noise Records)