The Boats

Faulty Toned Radio

(flau / Import)

 date de sortie

20/08/2008

 genre

Electronique

 style

Electronica

 appréciation

 écouter

3 MP3 (extraits)

 tags

Electronica / flau / The Archivist / The Boats / Theodore And Hamblin

 liens

The Boats
Theodore And Hamblin
flau

 autres disques récents
Everest Magma
Modern / Antique
(Boring Machines)
Building Instrument
Kem Som Kan Å Leve
(Hubro)
Arve Henriksen
Towards Language
(Rune Grammofon)
Sóley
Endless Summer
(Morr Music)

Après l’ultra-limité Our Small Ideas paru en début d’année, The Boats nous livrent leur premier véritable album depuis près de deux ans. Ayant rejoint, par l’entremise d’aus, le label japonais Flau, les Anglais y trouvent une structure parfaitement adaptée à leur electronica douce et fragile, à laquelle on a parfois fait le reproche de se satisfaire un peu trop de son côté mignonnet.

La quasi-absence de chant (seul Chris Stewart intervient - a minima - sur un unique morceau) sur ce nouveau long-format laisse, à cet égard, espérer un léger renouvellement du propos du duo qui, cette fois-ci, a choisi de rendre hommage aux vieux transistors (d’où le nom du disque et l’illustration de pochette). Cependant, hormis ce canevas majoritairement instrumental, la musique des Britanniques ne diffère nullement de ce qu’ils ont pu nous proposer jusqu’à présent : suite de vignettes (les quatre minutes ne sont que rarement dépassées) dans lesquelles apports électroniques délicats et boucles mélodiques organiques se mêlent, discrétion d’un ensemble jouant délibérément profil bas et caractère évocateur suffisamment présent pour fonctionner, sans pour autant verser dans la facilité illustratrice.

En cherchant bien, on repèrera néanmoins (surtout dans la seconde partie du disque d’ailleurs) quelques rythmiques un peu plus marquées que par le passé (This Is For You To Read et l’entraînant Cars, Bikes, Boats, Babes), une interaction réussie entre pulsations synthétiques et mélodica (The Boats Can’t Save You Now), des sonorités électronique vintage (Hemihorn) ou une construction musicale torturée (Please Correct Me). Au final donc, de menues évolutions et un sentiment assez proche de celui ressenti au sortir d’Our Small Ideas : rien de bien nouveau ni qui mérite nécessairement l’acquisition d’un tel album, mais la confirmation d’un savoir-faire indéniable.

François Bousquet
le 14/09/2008

À lire également

The Boats
Songs by the Sea
(Moteer Records)
The Boats
Submit (EP)
(Our Small Ideas)
The Boats
Tomorrow Time
(Moteer Records)
Cokiyu
Mirror Flake
(flau)