Monokrom

One Fine Day in The Pyramid

(Ant-Zen / Import)

 date de sortie

09/06/2008

 genre

Electronique

 style

Industriel / Noise

 appréciation

 tags

Ant-Zen / Industriel / Monokrom / Noise

 liens

Ant-Zen
Monokrom

 autres disques récents
Orchard
Serendipity
(Ici d’Ailleurs)
Kyoka
SH
(Raster-Noton)
eRikm
Doubse Hystérie
(Monotype Records)
Borosilicate Purl
Coalescence
(Autoproduit)

Monokrom est une formation allemande qui sévit depuis quelques années déjà sur le fameux label Ant-Zen qui ravit les fans d’électro industrielle. Dans le genre, Monokrom se démarque par un son extrêmement bruitiste qui en fait un sujet à part, bien loin et bien plus expérimental que ce qui parvient en général à nos oreilles sous l’étiquette électro-indus.

L’objet est déjà assez formidable puisque le packaging est fait de bandelettes utilisées pour faire des bandages. Ce qui nous permet d’aborder le côté kitsch du groupe, très porté sur la mythologie égyptienne. C’est ainsi qu’un clip vient enrichir le CD, mettant en scène les quatre membres du groupe enroulés dans des bandages afin de se déguiser en momies aux déambulations robotiques. Très franchement, on préfère oublier et se consacrer à la musique, nettement plus intéressante. A dire vrai, la forme est assez basique, mais c’est le parti pris, sans concession, qui nous rend presque le groupe attachant. On prévient tout de suite, le son est assez extrême, et l’écoute au casque est vite désagréable à force de crissements stridents et menaçants derrière des textures graves et granuleuses. Des abstractions métalliques à réserver aux plus téméraires.
Mais passée la "mauvaise surprise", on finira par bien accrocher. L’album est composé de 8 titres dont beaucoup tournent autour des 7 minutes, jouant énormément sur la répétition, le bruit qui devient hypnotique. Les premiers titres, très denses, sont principalement composés de textures granuleuses qui ne laissent pas échapper grand chose. On devine parfois comme une oscillation de basses, peut-être quelques martèlements et vocaux saturés mais le bruit, oppressant, semble tout écraser. A priori difficile de séduire les amateurs d’ambient, mais il y a en particulier dans Fushshklork quelque chose qui se met en place sur la longueur, comme un drone extrême aux subtiles évolutions et variations. Passées les déflagrations soniques de Faglork et les basses menaçantes de Pop-Sproing-Ging, on aborde une deuxième moitié d’album nettement plus rythmée avec Wiz Ga-Wiz et sa rythmique rapide et agressive qui met en avant le côté industriel du groupe, facile à imaginer sur le dancefloor, même si là encore les textures grésillantes remplacent toutes mélodies !
On a du très accrocheur (Flibadip et sa rythmique technoïde) puis du très abstrait (Sklishk), des voix venues d’outre tombe bref, on ne se lasse jamais vraiment, mais au bout de 50 minutes le silence est tout de même appréciable.

Le genre de disque qui fait du bien une fois de temps en temps pour se défouler, avec ici un groupe dont on appréciera la sincérité mais auquel on pourra malheureusement aussi reprocher de rester un peu trop près de certains codes du genre qui peuvent faire sourire. Les amateurs d’indus seront ravis, les autres regarderont peut-être ce disque d’un oeil perplexe.

Fabrice ALLARD
le 14/09/2008

À lire également

L’Ombre
Simulation 2.0
(Ant-Zen)
Fizzarum
Frisson
(Ant-Zen)
Black Lung
Profund and Sentimental Journey
(Ant-Zen)