Alexia Turlin : Tourist

 date

du 16/01/2008 au 23/02/2008

 salle

Fondation d’entreprise Ricard,
Paris

 appréciation
 tags

Alexia Turlin / Fondation d’entreprise Ricard

 liens

Fondation d’entreprise Ricard

 dans la même rubrique
du 23/05/2017 au 01/07/2017
Ida Tursic & Wilfried Mille : Bianco Bichon, Nero Madonna, e (...)
(Fondation d’entreprise Ricard)
du 21/04/2017 au 25/06/2017
Nina Canell : Dolphin Dandelion
(Crédac)
du 03/02/2017 au 08/05/2017
Emmanuel Saulnier : Black Dancing
(Palais de Tokyo)
du 28/03/2017 au 06/05/2017
Rien ne nous appartient : Offrir
(Fondation d’entreprise Ricard)

Connue pour son travail vidéo auprès du groupe Sinner DC, la Genevoise Alexia Turlin se voit accueillie par la Fondation Ricard pour sa première exposition personnelle à Paris. À côté de la douzaine d’œuvres de la jeune femme, on trouve quelques pièces présentées par d’autres artistes suisses, invités ici par Alexia Turlin elle-même.

Mais ce sont bel et bien les productions de la Suissesse qui retiennent ici notre attention et notamment par leur capacité à jouer sur une absurdité espiègle. Ainsi en est-il de Treffpunkt, toboggan double en inox avec deux échelles et deux pentes, mais sans échappatoire en bas de celles-ci, de Cascade, photo d’un environnement forestier sans la moindre goutte d’eau, ou de Royal Garden, flèche rose en néon en forme de point d’interrogation inversé et qui pointe vers le mur. Gentiment dérangeantes, les œuvres d’Alexia Turlin ne se signalent pas par leur agressivité mais, au contraire, privilégient un rapport accueillant avec le spectateur qui est, par exemple, invité à s’installer dans des Cocoon-Poufs ou des Huevonos, poufs de plus ou moins grande taille. Arrondis et chaleureux, faits en laine polaire dans des couleurs attirantes, ces gros coussins présentent pourtant une particularité légèrement inquiétante : quelques touffes de poils ont été, en effet, cousues sur leur surface. Dans le même ordre d’idées, Épicentre5.7@Panama semble n’être qu’une chambre d’hôtel tropical montée sur pilotis et dans laquelle on peut rentrer et s’installer. Cependant, au bout de quelques instants, la petite pièce tremble sur elle-même pendant trois à quatre secondes, comme ébranlée par une secousse sismique, réminiscence des tremblements de terres panaméens.

Accrochées au mur, deux larges découpes au laser de crêtes de montagne renvoient, pour leur part, au travail vidéo de la Suissesse (Swisszen, cascade filmée en plan fixe, avec de l’eau cette fois-ci) et aux photographies de certains de ses camarades (En Montagne de Didier Rittener et Les Jeux sont faits de Nicolas Faure) pendant que le Tourist de Christian Robert-Tissot, qui a donné son nom à l’exposition, éclaire la salle de son néon orangé.

François Bousquet
le 19/01/2008

À lire également

du 01/04/2014 au 17/05/2014
Neil Beloufa : En torrent
(Fondation d’entreprise)
du 18/11/209 au 19/12/2009
Guillaume Janot : Ecostre
(Fondation d’entreprise)
du 10/01/2012 au 11/02/2012
Au loin, une île !
(Fondation d’entreprise)
du 06/09/2013 au 02/11/2013
La Vie Matérielle
(Fondation d’entreprise)