@c

Up, Down, Charm, Strange, Top, Bottom

(Crónica Electronica / Import)

 date de sortie

00/02/2008

 genre

Electronique

 style

Expérimental / Musique Concrète / Electroacoustique

 appréciation

 écouter

2 MP3 (extraits) + 1 MP3 complet

 tags

@C / Crónica Electronica / Electroacoustique / Expérimental / Musique Concrète

 liens

@C
Crónica Electronica

 autres disques récents
Max Ananyev
Water Atlas
(Serein)
Barnacles
One Single Sound
(Boring Machines)
Wealth
Primer
(Ventil)
Tom Hall
Fervor
(Elli Records)

Depuis 5 ans maintenant, nous parlons très régulièrement, et souvent en termes élogieux, du label portugais Cronica Electronica, que l’on a un peu tendance à considérer comme une prolongation de Mego. Avec le temps, la distinction se fait plus nette, Cronica utilisant le bruit sans faire de bruitisme, et restant sur un créneau plus restreint, plus ciblé. Pour une fois, citons leur nom, c’est Miguel Carvalhais et Pedro Tudela qui dirigent ce label. Nous avons déjà parlé d’eux, peut-être sans les citer directement, lors de précédentes chroniques de disques de @c, leur nom de scène en tant que compositeurs et improvisateurs.

Comme souvent avec @c, ce sont les performances scéniques qui sont à la base de leurs albums. Cette nouvelle production n’échappe pas à la règle, composée à partir d’enregistrements réalisés lors de leurs diverses prestations européennes entre 2002 et 2007, mais aussi d’enregistrements de concerts d’autres artistes, tous crédités, parmi lesquels on trouve de nombreux percussionnistes. L’album est découpé en quatre pièces de respectivement 20’/1’30/1’45/40’, les deux pièces les plus longues ayant été régulièrement jouées en concert et faisant l’objet d’un work in progress.
De part la manière dont ce 7eme album a été composé, on a véritablement envie de parler ici de musique concrète alors que leurs précédents travaux apparaissaient comme plus ambigus. Les sources sonores variées, un montage hétéroclite mettant en avant un certaine abstraction au dépend de l’émotion bref, le duo portugais se fait nettement plus difficile d’accès. Entre les bouillonnements, vrombissements inquiétants, grattages de cordes atones, on remarquera quelques improvisations vocales pour une ambiance théâtrale. Acoustique et électronique sont mis sur un pied d’égalité, mêlant régulièrement percussions acoustiques et génération sonore au laptop.

Après deux interludes moins fracturés (eau qui coule et violoncelle puis souffle et frottements), on aborde le gros morceau qui représente les deux tiers de l’album. Un peu plus facile d’accès avec son ambiance feutrée et ses bribes mélodiques, à base de clochettes, voix chantantes traitées, hachées, ses souffles colorés et drones ambient. L’improvisation est toujours là, particulièrement présente sur les séquences rythmiques qui ponctuent l’ensemble et donnent une impression de vie fourmillante. Au milieu de ce dédale sonore, quelques surprises, une voiture qui passe, des bruits de sabots sur les pavés, et surtout ce passage de rythmique et chant africain, complètement inattendu et qui tranche avec le reste de l’album.

Le duo portugais évolue donc avec le temps, et propose peut-être ici deux pièces moins composées, moins retravaillées que leur précédents travaux, faisant de ce nouvel album un témoignage certainement très fidèle de leurs prestations scéniques. Reste que ce type de musique s’apprécie justement mieux en live que sur enregistrement.

Fabrice ALLARD
le 04/10/2008

À lire également

Tilia
Vous rêvez / Vous ne rêvez pas
(Crónica Electronica)
Gintas K
Lengvai / 60 x One Minute Audio Colours of (...)
(Crónica Electronica)
Ran Slavin
Product 02
(Crónica Electronica)