Port-Royal / Absent Without Leave

Magnitogorsk

(Sound in Silence / Import)

 date de sortie

22/09/2008

 genre

Rock

 style

Ambient / Post-Rock

 appréciation

 tags

Absent Without Leave / Ambient / Port-Royal / Post-Rock / Sound in Silence

 liens

Port-Royal
Absent Without Leave
Sound in Silence

 autres disques récents
Gavin Miller
Shimmer
(Sound in Silence)
Eternell
Still Light
(Sound in Silence)
Moskus
Mirakler
(Hubro)
Tim Hecker
Konoyo
(Kranky)

Annoncé depuis quelques mois, très attendu par les amateurs de post-rock alangui, ce split album entre Port-Royal et Absent Without Leave voit enfin le jour. C’est précisément Sound in Silence, label géré par George Mastrokostas (Absent Without Leave) qui s’occupe de publier ce CD-R, limité à 500 exemplaires dans une jolie pochette en carton faite à la main et ornée d’une photo. Comme souvent pour ce type de sorties, les morceaux de chaque artiste ou groupe côtoient des titres où chacun se fait remixer par l’autre ; Magnitogorsk ne déroge pas à la règle avec trois pistes originales et un morceau remixé pour chacun des participants.

Ce sont les Italiens qui ouvrent les débats avec le long Ernst Bloch dans lequel on retrouve leurs qualités traditionnelles : lignes mélodiques aériennes, rythmiques électroniques bien marquées, travail sur les sonorités de guitare digitalisée et science de la construction du morceau. Changement d’optique avec les deux autres titres : Agent 008 Codename Littlehorses (Aka The Lazybones) choisit d’opérer d’abord dans une veine totalement ambient avant d’intégrer pour quelques secondes une guitare acoustique entraînante, tandis que Severnaya opte pour l’arythmie complète et la divagation au gré des nappes de synthé. Si la brièveté de ces deux titres (moins de quatre minutes chacun) laisse penser qu’il s’agit davantage d’intermèdes que de morceaux véritables, ils permettent à Port-Royal de ne pas céder à la facilité. Sans surprise, le morceau des transalpins que remixe Absent Without Leave est Zobione Pt. 2, tube du premier album des Italiens. Plaçant la mélodie principale à l’arrière-plan, comme perdue derrière des guitares plus cotonneuses, le Grec ramène progressivement celle-ci sur le devant en même temps qu’une batterie intervient.

Place ensuite aux trois morceaux personnels d’Absent Without Leave, nouvelles manifestations du talent du musicien, à même d’installer tout seul un post-rock prenant, fait d’émouvantes mélodies de guitare mises en boucle, d’ambiance mélancolique entre chien et loup et de nappes permettant d’enrober gracieusement l’ensemble. Mais George Mastrokostas sait également se faire plus incisif, par l’insertion d’une rythmique programmée et l’élévation du tempo de ses deux autres titres (le très joliment nommé My Music Is Still Sad Though I Found My Happiness et Evening Walks). Si ceux-ci souffrent peut-être d’un manque de renouvellement interne, s’étirant trop sur la durée (onze et six minutes trente secondes respectivement) sans réel changement en leur sein, ils démontrent, comme on avait pu le souligner pour la première moitié du split album, la capacité de leur auteur à intervenir dans plusieurs styles au sein du même genre musical. Pour le morceau remixé, les Italiens ont sélectionné Blind, extrait de Bon Voyage (premier album d’Absent Without Leave, sorti en mars 2006 dans la Series52 d’Unlabel), auquel ils ajoutent plusieurs éléments électroniques crunchy tout à fait délectables.

François Bousquet
le 12/10/2008

À lire également

David Newlyn
Good Luck (Enigma)
(Sound in Silence)
Eternell
Still Light
(Sound in Silence)
Absent Without Leave
’Neath The Tumbling Stars
(Three:Four Records)
The Green Kingdom
Seen And Unseen
(Sound in Silence)