Hertta Lussu Ässä

 date du concert

30/10/2008

 salle

Palais de Tokyo,
Paris

 tags

Hertta Lussu Ässä / In Famous / Islaja / Lau Nau / Palais de Tokyo

 liens

Islaja
Palais de Tokyo
In Famous
Hertta Lussu Ässä
Lau Nau

 dans la même rubrique
05/08/2017
Ujjaya
(Petit Bain)
02/06/2017
Acetate Zero / He Died While Hunting
(Olympic Café)
06/05/2017
Esmerine / Bärlin
(Espace B)

Pour cette nouvelle édition d’In Famous Carousel, la dynamique équipe investissait plusieurs lieux (Pont Ephémère, Centre Pompidou, Jeu de Paume et, pour ce jeudi soir, Palais de Tokyo) et, ainsi que le veut la ligne directrice de ce mini-festival, plusieurs disciplines artistiques : musique évidemment, mais aussi arts plastiques ou performance.

Précisément, c’est par une performance de Kang-Hyun Ahn que la soirée débuta, dans le hall même du Palais de Tokyo tout d’abord. Habillée d’une tenue folklorique qui lui donnait des faux airs d’Heidi, la Coréenne avait attaché derrière son dos un mannequin de chiffon et commença à apposer des vignettes autocollantes sur les revers de veste ou les sacs des membres du public, avant de déchirer quelques-unes des feuilles sur lesquelles étaient disposés ces autocollants et d’en disperser les morceaux au sol. Invitant les spectateurs à pénétrer dans la salle, Kang-Hyun Ahn projeta ensuite quatre petits clips durant lesquels on la voyait chanter en play-back diverses comptines en anglais, allemand ou coréen tandis qu’elle gambadait dans un environnement typique (prairie suisse-allemande verdoyante, rues grisonnantes de Dublin).

Passée cette sympathique et courte mise en bouche, Hertta Lussu Ässä prit place sur scène pour la première date française de cette formation free-folk finlandaise regroupant trois des représentantes majeures de cette prolifique scène : Laura Naukkarinen (Lau Nau), Merja Kokkonen (Islaja) et Jonna Karanka (Kuupuu). À genoux par terre, les trois musiciennes installèrent une texture faite d’improvisations multiples conçues aussi bien à partir des sons émanant du Korg dans lequel Merja Kokkonen soufflait via un tube que des objets hétéroclites brandis et agités par ses deux comparses : appeaux à oiseau, « boîtes à meuh », flûtiau, grelots, hochets en tous genres, castagnettes, jouets divers, sonnettes de vélo, harmonica, toy-Glockenspiel, micro tapé sur le poignet. En sus de ces ustensiles variés, de mini-boucles instrumentales pouvaient provenir d’une cassette diffusée par un vieux Walkman ou de l’utilisation de machines plus perfectionnées. Le caractère largement improvisé et bricolé de l’ensemble conduisit les Finlandaises à beaucoup discuter, pendant le set même, de l’agencement et de l’avancée du morceau unique qu’elles donnèrent presque l’impression de faire durer davantage que ce qui était initialement prévu. Après un passage dans lequel Laura Naukkarinen insista sur une note tenue de violon, habile contraste avec le chant quasi-berçant de ses deux camarades, le concert se termina par de très mignons miaulements des trois jeunes femmes, conclusion attentionnée d’une prestation qui sut conquérir le public.

François Bousquet
le 31/10/2008

À lire également

27/10/2012
Lau Nau / Tomoko Sauvage
(Institut Finlandais)
Islaja
S U U
(Monika Enterprise)
Lau Nau
Hem. Någonstans
(Fonal)
06/04/2006
Soirée Fonal : Kiila (...)
(Instants Chavirés)