Melodium

Cerebro Spin

(Audio Dregs / Import)

 date de sortie

21/10/2008

 genre

Electronique

 style

Electronica / Folk

 appréciation

 tags

Audio Dregs / Electronica / Folk / Melodium

 liens

Melodium
Audio Dregs

 autres disques récents
Kryshe
March Of The Mysterious
(Serein)
Orchard
Serendipity
(Ici d’Ailleurs)
Kyoka
SH
(Raster-Noton)
eRikm
Doubse Hystérie
(Monotype Records)

EtherREAL continue avec un très grand plaisir sa recension quasiment exhaustive des nombreuses sorties du prolifique Melodium, qui réussit l’exploit d’évoluer de disque en disque sans jamais que la qualité baisse d’un iota. Seconde sortie de 2008 pour le Français, après My Mind Is Falling To Pieces paru sur la structure compatriote Arbouse Recordings, il retrouve pour ce magnifique et subtil Cerebro Spin le label américain Audio Dregs qui a déjà eu le privilège de sortir deux de ses albums, Anaemia en 2004 et Flacana Flacana en 2006. Mais là où ces disques suggéraient une inflexion dans l’inspiration du musicien, s’orientant vers une folktronica imprégnée de guitares douces, le dernier en date allie parfaitement cet univers poétique et enjoué, parfois chanté (Vocal Cord Polypus) avec un certain retour aux sources d’une electronica délicate et allusive (Kissing Disease).

L’album débute avec une pièce formidable, Choanal Imperforation, petit bijou mélodique posé sur un tapis de guitare ouatée que viennent secouer de douces perturbations rythmiques. Morceau complexe et évolutif, ce titre d’ouverture indique d’emblée que nous tenons ici une oeuvre marquante de Laurent Girard, qui renoue donc avec les paysages électroniques soignés et intimistes qui firent le bonheur de ses premiers disques - ce qu’il avait au demeurant déjà proposé avec l’excellent Music For Invisible People il y a deux ans - et nous offre ainsi des climats plus poignants et moins dépouillés que sur, par exemple, le cependant très réussi Flacana Flacana. Eustachian Tube poursuit exactement dans la même veine extrêmement accrocheuse, offrant une triple couche rythmique et mélodique impeccablement onctueuse. Parmi les chefs-d’oeuvre du disque, on épinglera aussi Social Phobia, où de lentes et amples cordes dialoguent avec une mélodie primesautière. Certains titres se font très introspectifs et contemplatifs (Panic Disorder), non sans obliquer parfois à mi-course vers des paysages plus aérés (Meniere’s Vertigo). Et l’au revoir de Laurent ici, le superbe et emblématique Scoliosis + Astigmatism, ne donne qu’une seule envie : pousser à nouveau sur "play" pour se laisser envoûter encore et encore...

Cerebro Spin, album riche et raffiné, peut sans conteste servir de parfaite introduction à l’univers très riche de Melodium, pour ceux qui viendraient à le découvrir aujourd’hui. Ce disque marquant est une impeccable réussite et un nouveau jalon essentiel dans l’oeuvre du Français.

Gilles Genicot
le 09/12/2008

À lire également

Melodium
Palimpse
(Symbolic Interaction)
Melodium
Kansva Work
(Abandon Building Records)
V/A
The Noise & The City
(Autres Directions in Music)
Melodium
Lixiviat
(Autoproduit)