Styrofoam - Monguito - Eavesdropper

 date du concert

12/09/2002

 salle

Batofar,
Paris

 tags

Batofar / Eavesdropper / Monguito / Styrofoam

 liens

Styrofoam
Monguito
Batofar

 dans la même rubrique

A peine sorti de la Fondation Cartier pour le concert de Silicom que nous voici déjà au Batofar pour la première soirée Fried Music dédié à la scène électronique flamande. Ce jeudi est tout à fait dans la lignée du site avec ambiances un peu dure et autres expérimentations. Nous étions particulièrement intéressés par Urawa, le projet d’Olivier Moreau (Imminent Starvation) et John Sellekaers (Xingu Hill) et Styrofoam que nous avions déjà vu dans cette même salle voici un an.

Malheureusement par de Urawa pour nous puisque ceux-ci passèrent en premier, alors que nous étions encore en train d’apprécier Silicom et Tujiko Noriko. On arrivera pendant le set de Eavesdropper, soit un mélange plus ou moins original entre electro-indus (sonorités dures et grasses) et electronica (finesse rythmique et mélodique). Une musique agréable mais manquant de piment pour réellement retenir notre attention et y trouver un intérêt particulier.
Déçu d’avoir raté Urawa on abandonnera la salle quelques instants, revenant pour découvrir la fin du set de Monguito dont on ne pourra pas reprocher le manque d’originalité. Prenez une bonne dose d’esprit rock, un certain intérêt pour l’électronique, et enrobez le tout d’un goût certain pour l’improvisation et vous aurez une idée de ce à quoi peut ressembler ce groupe hybride. Leur dernier morceau sera un véritable mélange de tous ces éléments. Surprenant et inattendu.

C’est vers 1h du matin que Styrofoam débutera son concert devant un public malheureusement anecdotique. On sera tout d’abord surpris par le son des premiers morceaux, dans le ton du début de la soirée, avec des sonorités très dures, rythmiques industrielles, crissements occasionnels, sonorités qui semblent échapper au contrôle de Arne Van Petegem, mais les mélodies sont toujours là, toujours aussi belles et mélancoliques.
La deuxième surprise fait alors son apparition sous la forme de chansons alors que l’on en était resté sur une musique principalement instrumentale. Si la voix reste généralement en retrait, elle est suffisamment présente pour être signalée comme un changement important. Après une bonne demi-heure pendant laquelle on s’enfonçait toujours plus loin dans la mélancolie, le dernier morceau, comme une bouée de sauvetage se fit plus joyeux avec sa rythmique sautillante, presque groovy.
Quoiqu’il en soit, et même si l’apparition fréquente du chant n’est pas notre tasse de thé, on sorti du Batofar vraiment heureux de cette prestation, par un artiste qui est certainement l’un des plus intéressant du label Morr Music.

Fabrice ALLARD
le 10/10/2002

À lire également

Styrofoam
A Thousand Words
(Nettwerk)
Fat Jon & Styrofoam
The Same Channel
(Morr Music)
04/03/2002
The Notwist / Styrofoam
(Maroquinerie)
17/07/2001
Festival "10 Days
(Vooruit)