V/A

The Risk Of Burns Exist

(Rhiz Records / Import)

 date de sortie

00/12/2008

 genre

Electronique

 style

Electronica / Glitch / Pop / Free

 appréciation

 tags

Bernhard Fleischmann / Electronica / Felix Kubin / Fenn O’Berg / Fennesz / Free / Glitch / Gustav / Peter Rehberg / Pita / Pop / Rhiz Records / Schlammpeitziger / Sluta Leta / Volcano The Bear

 liens

Bernhard Fleischmann
Felix Kubin
Sluta Leta
Fennesz
Peter Rehberg
Pita
Rhiz Records

 autres disques récents
Kryshe
March Of The Mysterious
(Serein)
Orchard
Serendipity
(Ici d’Ailleurs)
Kyoka
SH
(Raster-Noton)
eRikm
Doubse Hystérie
(Monotype Records)

Pour prendre des références habituelles de ces pages, le Rhiz, renommé club viennois, se présente comme un croisement programmatique entre les Instants Chavirés et le Batofar de la grande époque. Mais, à la différence de la péniche rouge parisienne, la salle autrichienne (qui fête également ses 10 ans) n’a pas modifié sa ligne directrice artistique et publie une compilation, regroupant quinze extraits de lives tenus en ses murs, qui peut en témoigner. Deux grands axes musicaux se détachent nettement à l’écoute de celle-ci, que l’on qualifiera rapidement de free-jazz d’une part et de musique électronique d’autre part.

Pour le premier genre, Blurt opère dans un registre proche du rock. Accentuant la dimension free (batterie et cuivres caractéristiques), Nitro Mahalia et Dieb13 se situent à l’opposé de Volcano The Bear, partisans d’une approche moins bruitiste.

Côté électronique (le versant majoritaire de la compilation), deux petites surprises puisque Pita se fait moins noise qu’à l’accoutumée, privilégiant un travail sur des textures légèrement crépitantes, et que Schlammpeitziger durcit un peu son propos habituel. En revanche, rien de nouveau pour l’electronica de Fennesz (textures enveloppantes qui se saturent progressivement et sonorités mélodiques scintillantes) et celle de Bernhard Fleischmann (version solo de Take Your Time, le morceau unique du second CD de Welcome Tourist), mais une qualité évidemment au rendez-vous. Au-delà de ces titres instrumentaux, plusieurs morceaux évoluent dans un registre pop chanté : passées les faciles interventions de The Very Pleasure, Felix Kubin, ElectroniCAT (avec sa traditionnelle basse grésillante) et Sluta Leta, électro-pop saturée tellement entendue, on sera davantage convaincu par Gustav qui reprend ici le Hard Life de Bonnie « Prince » Billy.

François Bousquet
le 19/02/2009

À lire également

David Fenech
Polochon Battle
(Inpolysons)
Schlammpeitziger
Collected Simplesongs...
(Domino)
Hazard / Fennesz / Biosphere
Light
(Touch)
Gustav
Rettet Die Wale
(Mosz)