Michael Santos

The Happy Error

(Baskaru / COD&S Distribution)

 date de sortie

00/09/2008

 genre

Electronique

 style

Ambient / Glitch

 appréciation

 écouter

2 extraits (Flash)

 tags

Ambient / Baskaru / Glitch / Michael Santos

 liens

Baskaru
Michael Santos

 autres disques récents
Benoit Pioulard
Lignin Poise
(Beacon Sound)
Garaliya
Ventricle Replicant
(Kvitnu)
Wil Bolton
Night Paths
(Hidden Vibes)
Haco
Qoosui
(Someone Good)

Il s’agit là du premier véritable CD du jeune Anglais que l’on aurait pu croiser sur des CDr parus chez Benbecula ou encore U-Cover avec leur série CDr Limited. En l’occurrence, on découvrira cet artiste avec The Happy Error, un joli titre sous forme d’hymne aux glitchs, ces erreurs numériques qui donnent du grain à toute une vague de productions électroniques.

La musique de Michael Santos est d’une douceur enveloppante, composée de strates mélodiques, fines et subtiles, de nappes soyeuses, de notes tenues, d’oscillations frétillantes, le tout étant enrobé de fins grésillements donnant une impression générale de sérénité et de riche activité. Dans le genre on arrive à des sommets avec Swing Deluxe : magnifique boucle mélancolique et hypnotique, et bruitages évoquant des feuillages et branchages que l’on repousse en s’avançant tout en donnant l’impression parfois de figer le temps. Troublant !
Chaque titre possède sa propre teinte, un peu plus coloré sur Balloon et ses sonorités glissantes et ludiques pour un résultat un peu moins ouvertement ambient, virant vers des tons pastels sur Supercolour avec un son plus clair, un fourmillement de bleeps abstraits qui, jouant sur la répétition deviennent addictifs, donnant même envie de battre la mesure malgré l’absence d’une réelle rythmique.
On notera quelques titres un peu plus abstraits que l’on considérera comme des interludes (Ajax, Bamboo Scaffolding) qui marqueront certainement moins les esprits, composés avec une délicate timidité et dissociant les composants mélodiques et bruitistes alors que l’album semble reposer sur leur fusion. D’une certaine manière ces quelques essais sur courte durée annoncent des morceaux comme Big Shifty ou Local, moins immédiats avec leurs nappes linéaires, plus abstraits et arides mais non moins envoûtants. Dans le genre aride on notera enfin Upper Cosh qui est d’abord construit sur le bruit, denses crépitements minéraux avant que des nappes oscillantes ne viennent créer une certaine tension.

Quelle qu’en soit la teneur, qu’il soit tour à tour mélodique, abstrait, granuleux, The Happy Error est un petit bijou d’orfèvre, fin, précis, dessinant un univers sensible et poétique.

Fabrice ALLARD
le 25/03/2009

À lire également

Celer
Sky Limits
(Baskaru)
Gintas K
Slow
(Baskaru)
Mathias Delplanque
Chutes
(Baskaru)
Lawrence English
Approaching Nothing
(Baskaru)